vendredi 18 août 2017

CLUB5A - REVUE DE PRESSE - PEKIN - PARIS 1907 -L'EPOPEE IMPROBABLE ....

LES RALLYES LES PLUS FOUS 
- Véritable voyage dans l'inconnu, cette expédition de 16.000 km, qui fête ses 110 ans, n'a jamais été rééditée. 
Le XXe siècle a à peine sept ans. 

C'est encore le temps de la grande Russie du tsar Nicolas II. La France, sous le régime de la IIIe République, vient de voter la séparation de l'Église et de l'État. 
En Asie, la Chine panse ses plaies. À peine sortis de la guerre sino-japonaise, les Chinois subissent la férule européenne. Durant cette période, l'homme commence à apprivoiser l'automobile à pétrole. 

Cette invention, qui ne laisse aucun pays indifférent, va permettre de rapprocher les peuples. Dans cette course de vitesse, la France dispose d'une nette prééminence. Plus de six cents constructeurs sont répartis sur le territoire en 1900. 
En ces temps héroïques, les épreuves sportives représentent un excellent moyen de promouvoir les progrès d'une industrie balbutiante, mais aussi d'afficher sa supériorité. 

Inventée par Eugène Lelouvier, un aventurier Normand, et organisée par le journal français Le Matin, son départ fut donné de Pékin le 10 juin 1907. 




 Victor Collignon en 1903 (au Paris-Madrid, sur De Dion-Bouton). 

Georges Cormier en 1904 (raid en solitaire France-Italie-Serbie-Russie, sur De Dion-Bouton ).

Il y avait quarante pré-inscriptions pour cette compétition, mais seulement cinq équipes firent livrer leur véhicules à Pékin. Devant le faible nombre de participants le Comité d'organisation de course décida d'annuler purement et simplement l'épreuve, mais les cinq "téméraires" décidèrent malgré tout de se disputer le challenge, sans règles clairement bien établies au départ, ni aucune assistance, ni carnets de route, ni même de cartes routières le plus souvent. 

Le seul prix prévu à l'arrivée parisienne étant un simple magnum de champagne Mumm. Cinq concurrents prirent ainsi part aux réjouissances. Quatre arrivèrent à Paris (abandon du tricycle guidé Contal (cyclecar français) d'Auguste Pons), après avoir parcouru plus de 16 000 km, en 44 jours pour le premier:

 Source : Sylvain Reisser - le figaro.fr - Merci DAVID SARDA pour le suivi de l'info../Vidéos :Nicholas

jeudi 17 août 2017

CLUB5A - PRÉPAREZ VOS MÉCANIQUES : 20 AOÛT 2017 - SORTIE MOTOS "LACOSTE" - DÉJEUNER CHAMPÊTRE...INSCRIVEZ-VOUS !!

Messieurs les motards du Club des 5A
 à noter dans vos agendas pour
 le 20 AOÛT  2017
Sortie MOTO-"LACOSTE" 
"Déjeuner champêtre"
CHEZ DIDIER & BERNARD  !!
 Départ de la ballade au café "LE DÔME "
 à 9 H 
Inscription à cette sortie : ??€
Notre vénérable jean-pierre fraîchement de retour de COLMAR a bouclé le parcours de notre sortie moto de dimanche à Lacoste. Peut-être un des derniers déjeuner champêtre dans ce magnifique havre de verdure de la montagne noire si cher a nos amis Didier et Bernard .. Inscrivez vous vite auprès d’Alain ou moi-même . amitiés .......Régis PERICH 
Renseignements et inscriptions : 
 Alain FUMANAL / tél : 04.68.25.19.72 
Régis PERICH /tél : 04.68.25.09.69 
JP FOLI : 06 09 74 76 88
Retrouvez la vidéo de l'édition 2015 sur la chaîne Youtube 

CLUB5A - MOTO DE LÉGENDE - L' INDIAN DAYTONA HILL CLIMBER DE 1926...



Moto d'Indien de 1926 très rare. 
 L'Usine a construit le "Grimpeur de colline" à Daytona. Soupapes énormes, roulement à billes, Manivelle, pompe à huile frottée...Bref tout est là !!

Source : 
 


CLUB5A - RENCONTRE DU CLUB DES 5A AVEC NOS AMIS D'EGGENFELDEN...C’ÉTAIT DU 2 AU 9 AOÛT 2017 A COLMAR ...

Rencontre amicale Carcassonne / Eggenfelden 
2 au 9 août 2017 
 Il s’agit de la 8e rencontre entre les clubs de véhicules anciens de Carcassonne - 5A - et d’Eggenfelden – RVF. Afin de ménager montures et cavaliers, une rencontre à mi-chemin a été décidée. Colmar semblait un bon point de chute. Donc, il en fut décidé. 

 2 août, 8h00, atelier de Jean-Pierre Foli. Six équipages au départ, les trois autres se joindront à nous au cours du trajet. Petit briefing, remise des plaques de la sortie, et hop, c’est parti. Direction Le Puy en Velay, but de la première étape. Premier arrêt à la sortie d’Olonzac où nous retrouvons la famille Cavaillé et la famille Guilhaumon. Via St Pons de Thomières et Lacaune, nous rejoignons St Affrique où nous attendent Christiane et Roger Debien. Nous voilà au complet. Millau et son pont, un bout des gorges du Tarn et arrêt pique-nique au Massegros. Il fait chaud, les voitures souffrent, mais les passagers aussi ! 

Plus de 35°, soleil éclatant, ciel d’azur, mais il faut continuer. Au bout de 350 km et de 8 heures de route (sans compter les arrêts) nous arrivons à notre hôtel sans encombre. Nous déposons les bagages, visite du Puy en Velay et repas. Certains d’entre nous, les jeunes qui ne sont pas trop fatigués, décident de rester plus tard en ville pour assister au « Puy en lumière », animation un peu semblable à celle de Lyon avec la fête des lumières. 

Jeudi 3 août, Le Puy en Velay – Besançon. Nous longeons les gorges de la Loire, attendons Didier et Bernard qui ont des problèmes de vis platinées et on continue. Contournement de Villefranche sur Saône, contournement de Bourg en Bresse pour arriver  un peu tard hélas pour une visite aux Salines Royales d’Arc et Senans. Mais une visite, une autre fois, est planifiée car tant les jardins que les bâtiments valent le détour. Arrivée à Besançon vers 19h00, repas dans la brasserie alsacienne – la dégustation de la choucroute commence puis petite promenade dans la ville animée. 
Il fait encore plus de 30° à 22h00 ! 

 Vendredi 4 août, Besançon – Colmar. La sortie de Besançon s’avère périlleuse, tours et détours sont au programme car la ville est en travaux permanents depuis maintenant plus de 3 ans. Mais nous avons des experts du GPS avec nous. On se retrouve pour faire le plein et nous prenons la direction de Ronchamp. Visite de la chapelle construite par l’architecte Le Corbusier (mais oui, vous connaissez : celui qui a fait la Cité Radieuse à Marseille). Moment de calme et même de musique. Mais ce n’est pas tout de méditer, le Ballon d’Alsace nous attend, virages, montées, descentes, mais quel plaisir ! Col des Feignes, Col de la Schlucht, Col du Calvaire, puis atterrissage dans la plaine de Colmar. Entretemps, quelques équipages ont déjà visité Kaysersberg, village préféré des Français en 2017. On n’est pas tous seuls, mais bon….. 

 Samedi 5 août – Dimanche 6 août – Quartier libre à Colmar et environs. Grâce à l’intervention d’un de nos participants, une visite guidée, non seulement du musée Schlumpf, mais également des réserves, a pu avoir lieu. Tout le monde était enchanté mais ce que contiennent les réserves ne peut être divulgué, donc … chuuuuut. Le soir du 5 août, nous retrouvons tous les participants du club d’Eggenfelden pour un repas commun. Mais la langue, pour beaucoup d’entre nous est toujours un obstacle et les conversations communes ne sont pas faciles. 
Peu importe, l’amitié et le hobby commun aident au rapprochement. Un tout grand bravo à notre Michel Terrats international qui s’est lancé avec succès dans l’étude de la langue teutonne et converse allègrement avec nos amis d’Eggenfelden. 

Le dimanche a vu s’égayer toute la troupe dans toutes les directions, chacun avait son programme : villages environnants, musées plus lointains (Lalique), Colmar en barque….. 
 Lundi 7 août – Colmar – Bellegarde sur Valsérine Ce trajet avait déjà été planifié par 2 fois, mais il nous a toujours fallu le modifier pour raisons de pluie. Cette fois, c’est la bonne. Nous quittons la région alsacienne pour prendre la direction du Jura. Morteau, Mouthe, Saint Claude (et sa célèbre conférence), les petites routes des vallées et arrivée à Bellegarde. 330 km et 7 heures de route. Petit apéro, repas et dodo… 

 Mardi 8 août, Bellegarde – Issoire Réveil orageux, et pluvieux, je dirais même très pluvieux. Heureusement Roger a réussi à fermer la capote de son Alfa la veille au soir, mais cela ne l’a pas empêché de devoir écoper de grand matin. Sous la pluie battante, entourés par les éclairs, nous prenons la route vers Nantua, Chalamont, Marcy et son beaujolais, Feurs, Saint-Amant-Roche-Savine, Parentignat et son château. Arrivée à Issoire au bout de 340 km. Heureusement la pluie a cessé, mais il fait frisquet…. Issoire by night pour certains, resto de l’hôtel pour d’autres. 
 Mercredi 9 août – Issoire – Carcassonne, l’étape la plus longue : 500 km. Départ à 8 h comme tous les jours. Petit pull, capotes fermées. Jolie vue sur les monts d’Auvergne et du Cantal. De 37° nous passons à 8° : contraste flagrant. Condat, Murat, St Flour, arrêt à Laguiole pour quelques-uns, Espalion et son andouillette des 5A (excellent restaurant, à recommander), puis Rodez. 

C’est là que la troupe se disperse : direction Réquista et Lacaune pour les uns, direction Albi et Castres pour les autres et même direction Elne pour les troisièmes. Le noyau dur se retrouve, comme au départ, chez Jean-Pierre, l’annexe des 5A, pour un petit apéro. 
Nous restons encore une nuit à Carcassonne avant de rentrer chez nous dans le Lot-et-Garonne le jeudi matin. 
 Pour nous, ce fut un plaisir de préparer cette équipée, de retrouver les amis de longue date (plus de 20 ans maintenant que nous nous connaissons) et de voir et découvrir la France dans ses endroits perdus mais si jolis…. 2.260 km + 500 pour le trajet A/R vers Carcassonne, du rire, du plaisir. Merci à toutes et tous. 
 Les Erlies....
Merci Josy pour ce résumé de cette semaine qui restera, je pense, longtemps dans les mémoires de chacun des participants.../Photos JP FOLI..
A suivre très prochainement : Un nouvel article avec de nouvelles photos et un résumé de Michel TERRAST 


mercredi 16 août 2017

CLUB5A - A VOS AGENDAS - 7èmes CITRONNADES 9 et 10 septembre 2017 Sainte Marie la Mer 66470


ATTENTION 
Les 7èmes Citronnades auront lieu les 9 et 10 septembre 2017 
La plus grande manifestation de Citroën du sud de la France ...
Expos véhicules, Stands, animations, parade, soirée de gala 
Gratuit pour les équipages Citroën mais inscription obligatoire. 
Contact : citronnades@yahoo.fr

CLUB5A -CULTURE PUB - PUBLICITÉ MOTOBECANE 51S DE 1986....


La publicité pour la sortie du Motobécane 51 S de 1986...
pub 7 rose.JPG1.
Source : Loignondu59

CLUB5A - REVUE DE PRESSE - Dix musées auto sur la route des vacances

S’asseoir au volant d’une Bugatti royale, frôler la carrosserie d’une Porsche ou d’une vieille Simca… 
En France et ailleurs, l’automobile s’expose.
  Il y a une dizaine d’années, on ne donnait pas cher des musées automobiles. Statiques, conservateurs, poussiéreux… Aujourd’hui, une brise nouvelle s’est levée. Ils se sont modernisés, à l’image du Cité de l’automobile de Mulhouse, et l’on a vu éclore nombre de petits conservatoires associatifs, composés grâce aux véhicules de leurs adhérents, décidés à privilégier une vision renouvelée, vivante et moins élitiste du patrimoine automobile. 

A l’approche de l’été, passage en revue de quelques musées à découvrir sur la route des vacances. L’Auto Sport Museum, à Châtillon-Coligny Le dernier-né des musées de l’automobile (et l’un des moins chers, l’entrée est à 5 euros) s’est ouvert le 1er mai dans le Gâtinais, à l’est du Loiret, à Châtillon-Coligny. 
L’Auto Sport Museum présente sur 1 800 mètres carrés quelque 70 véhicules d’après-guerre appartenant à des collectionneurs dont une forte majorité de modèles sportifs. Les amateurs de marques anglaises, surtout si elles sont rares (Reliant, Marcos, Berkeley, Falcon Cars) ne seront pas déçus. Les youngtimers non plus. Des événements, y compris des concerts, sont organisés tous les quinze jours.
Les Brigades de l’Aa, à Ouve-Wirquin Fonctionnant sur le même principe qui consiste à exposer des véhicules appartenant à des particuliers, capables de rouler tous les jours, le musée des Brigades de l’Aa, installé à Ouve-Wirquin (Pas-de-Calais) a assis sa notoriété et une partie de son financement de manière originale. Sa très éclectique collection d’une cinquantaine de véhicules s’est illustrée en assurant depuis dix ans le casting automobile de la série Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, sur France 2.

Le Manoir de l’automobile, à Lohéac Fort de plus de 400 voitures, le Manoir de l’automobile de Lohéac (Ille-et-Vilaine), au sud de Rennes, dispose d’un musée mais aussi d’un circuit sur lequel sont régulièrement organisées des activités. Dédié aux voitures de sport, il dispose entre autres d’une des plus belles collections de Renault Alpine.
 Le musée Malartre, à Rochetaillée-sur-Saône Dans la banlieue de Lyon fut fondé en 1959 par Henri Malartre qui exerçait la profession de... démolisseur automobile. Plutôt que d’expédier vers la casse certaines raretés, il eut la bonne idée de les préserver. Son musée, l’un des plus anciens de France, compte 150 modèles d’une rare diversité. 
Non loin de là, le musée de la Fondation Berliet (accessible sur rendez-vous) plongera dans le ravissement les amateurs de camions d’autrefois. 
La Cité de l’automobile, à Mulhouse Sans doute le plus connu – et le plus richement doté – des musées français, la Cité de l’automobile de Mulhouse abrite la fameuse collection Schlumpf et ses plus de 400 véhicules. Nulle part ailleurs on ne voit autant de voitures historiques (trois Bugatti Royale, une magnifique Tatra, des Hispano-Suiza…). 
En outre, la présentation des véhicules est souvent très inventive.
 Le Musée Peugeot, à Sochaux Seule parmi les constructeurs français, Peugeot s’est depuis longtemps doté d’un véritable musée, ouvert sept jours sur sept, installé dans son fief de Sochaux. L’Aventure Peugeot a non seulement étendu sa surface mais investi depuis quelques années dans un décor très Art nouveau tout en organisant des expositions thématiques.
 Le Conservatoire Citroën, à Aulnay-sous-Bois Longtemps privé de musée, Citroën dispose depuis quelques années d’un Conservatoire installé à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). L’ambiance, un peu « brut de décoffrage », est assez unique : on retrouve au milieu d’une mise en scène minimaliste toute la production d’un constructeur qui fêtera son centenaire dans deux ans. 

Cet été, le Conservatoire Citroën est accessible du lundi au vendredi, sauf du 1er au 15 août.
 Le musée de la Caapy, à Poissy Les nostalgiques de la marque Simca de passage en régio
n parisienne pourront aller écraser une larme devant les Chambord, Aronde, Ariane mais aussi les Talbot Horizon et Tagora au musée de la Caapy, installé à proximité de l’usine PSA de Poissy (Yvelines). Séquence émotion garantie mais les heures d’ouvertures étant variables, il faut se renseigner au préalable.
 Le Musée Matra, à Romorantin-Lanthenay Toujours dans la nostalgie, on ne peut passer à côté du musée Matra de Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher) qui retrace les très riches heures de la marque française qui s’illustra sur les circuits mais fut aussi synonyme de créativité. 
A l’étranger Enfin, ceux qui voyagent en Allemagne ne seront pas déçus d’une escale aux musées Mercedes de Stuttgart, BMW à Munich, Porsche également à Stuttgart ou encore Audi à Ingolstadt. 

En vacances en Californie, on recommande chaudement l’extraordinaire musée Petersen de Los Angeles qui laisse parfois visiter sa réserve, véritable caverne d’Ali Baba. 

Source : Jean-Michel Normand / lemonde.fr / Merci à DAVIS SARDA pour le suivi de l'info.../Photos JP FOLI

CLUB5A - INFORMATION - LE SALON DES ASSOCIATIONS DE CARCASSONNE SE DÉROULERA LE SAMEDI 9 SEPTEMBRE 2017....LE CLUB DES 5.A VOUS ATTENDRA SUR SON STAND !!


Le club des 5.A participera cette année encore au salon des associations à Carcassonne qui se déroulera le samedi 9 septembre 2017. 
Une occasion unique pour découvrir toutes les activités et toutes les facettes du club des 5A. La ville de Carcassonne recense plus de six cents associations, c'est dire et selon quelques présidents d'associations, ce rendez-vous est désormais incontournable car il permet de nouer et de tisser des liens et de monter des opérations ensemble. 
 Ce rendez-vous permet aussi et avant tout de partir à la rencontre du public et de voir pour certaines associations leur nombre d'adhérents s'envoler. Cette année, les visiteurs pourront à nouveau découvrir le stand de du club des 5A et rencontré les passionnés de voitures et motos anciennes qui seront disponibles afin d’échanger et partager leur passion. 
 De quoi passer un agréable moment....




Pour Info : Cette année en raison des travaux sur la ville de CARCASSONNE le salon sera déplacé aux anciens abattoirs (la pépinière ) à l'espace Jean CAU.. 
PL

mardi 15 août 2017

CLUB5A - 3ème SORTIE DES CAISSES CARRÉES LE 3 SEPTEMBRE 2017 ....INSCRIVEZ-VOUS !!

Retrouvez les meilleurs moments de l'édition 2016 sur notre chaîne YouTube !!

CLUB5A - REVUE DE PRESSE - DES BOUCHONS D'OREILLES POUR MOTARDS POSSÉDANT DES MOTOS TROP BRUYANTES !!

ESSAI - A moto, une trop forte exposition au bruit expose à des troubles irréversibles de l'audition. Une solution existe : les bouchons d'oreille. Qu'un motard souffre du bruit généré dans son casque à haute vitesse réjouira sans doute les détracteurs de ce moyen de transport qui lui reprochent, entre autres, sa nuisance sonore. Lorsqu'on circule à moto, ce n'est pas tant le bruit de l'échappement qui est gênant, mais celui, plus aigu, provoqué par les remous d'air dans le casque. En fonction de la taille du pilote, mais aussi de la présence ou non d'un carénage et de la taille de la bulle, le niveau de bruit varie. À 90 km/h, le motard casqué est déjà exposé à 90 dB. À 130 km/h sur autoroute, cela oscille entre 95 et 100 dB. 

Or, l‘intensité sonore double tous les 3 dB. Un niveau de bruit de 80 dB correspond aux aboiements d'un chien, de 105 dB à une sirène de police, de 110 dB à un marteau-piqueur et de 120 dB à un avion à réaction. Selon la fréquence, le seuil de la douleur débute entre 110 et 120 dB. Les spécialistes de la question estiment que l'on ne peut pas rester exposé plus de 3 minutes à 102 dB, soit 140 km/h à moto, sans dommages auditifs. Sur longs trajets, la fatigue augmente et, à long terme, le risque de perte d'acuité est réel. Une solution existe: les bouchons d'oreille. 

Certains ont été développés pour répondre à ce besoin spécifique. Pour le voyage à moto, il est en effet nécessaire qu'ils neutralisent les fréquences dangereuses sans couper le motard de son environnement. Entre des protections en mousse ordinaires, à 50 centimes d'euros, et celles réalisées sur mesure par un audioprothésiste, dont la perfection peut coûter jusqu'à une centaine d'euros, il existe des protections auditives adaptées à la pratique de la moto qui restent abordables, tels que les Earpad de Earsonic et les MotoSafe d'Alpine. Nous avons testé sur long trajet les bouchons d'oreille MotoSafe. Leur fabricant revendique une atténuation du bruit variant, selon les fréquences, entre 16 et 26 dB. 

Ce filtrage conséquent ne coupe absolument pas le pilote du monde extérieur. La circulation, la sonorité de la moto et , éventuellement, les systèmes de communication embarqués restent parfaitement audibles. Selon le niveau de protection souhaitée, notamment en fonction du type de machine et de l'usage que l'on en fait, Alpine propose deux types de bouchons, générant deux niveaux de protection. La première MotoSafe Tour est destinée à un usage urbain et aux courtes balades. La seconde, MotoSafe Race, est plus efficace et requise pour un roulage sur circuit, mais aussi pour les trajets effectués à haute vitesse sur autoroute . 

Nous avons effectivement constaté que les filtres acoustiques Race réduisaient l'état de fatigue sur longue distance. Nous n'avons ressenti aucune gêne après les avoir portés durant toute une journée. Enfin, nous avons apprécié qu'ils soient livrés dans un étui de rangement, facile à glisser dans une poche. Alpine commercialise ses bouchons d'oreille directement sur son site et dans certains magasins spécialisés. MotoSafe Tour et MotoSafe Race sont vendus 14,95 € chaque. MotoSafe Pro qui réunit les deux types de bouchons plus un spray de nettoyage, est affiché à 27,95 €. 
Source : lefigaro.fr / Merci DAVID SARDA pour le suivi de l'info..

CLUB5A - LE DESSIN DU MOIS - LE MIRAGE DU MISSILE

La 530 aurait pu être le missile sol-sol le plus pacifique de l’armurier Matra. 
Mais les économies passèrent par là et il n’est resté qu’un joli coupé, plus à son aise pour aller flâner le long des pistes le week-end que pour s’y risquer vraiment, comme le firent, après elle, ses cousines tout de bleu vêtues. 

Source : GAZOLINE - François Roussel / 18motorlook\\\

lundi 14 août 2017

CLUB5A - TECHNIQUE AUTO - RESTAURATION D'UNE CITROËN TRACTION 11B de 1954...



Premier démarrage et tour de roues après 4 ans de restauration. 
La Citroën Traction Avant est une automobile produite par le constructeur français Citroen de 1934 à 1957. Son histoire est liée dans la mémoire collective à l'Occupation, tour à tour voiture de la Gestapo et icône de la Résistance, sa facilité à être volée associée à des qualités routières exceptionnelles pour son époque en faisant par ailleurs le véhicule préféré des gangsters.
Tractionfr02.jpg
Cette automobile dispose d'une particularité peu répandue à l'époque : ce sont les roues avant, et non pas arrière, qui sont motrices. La traction avant n'est pas une innovation puisqu'avec CORD aux États-Unis puis Adler ou DKW en Allemagne, des constructeurs la proposent déjà en série depuis plusieurs années. Cette technique est en tout cas rapidement associée en France à la Citroën, ce qui lui vaut son surnom de « traction ». La vraie nouveauté du modèle est en fait d'associer sur un même véhicule les solutions les plus modernes de l'époque avec, en plus de son mode de transmission, une structure monocoque, des freins hydrauliques et une suspension à roues indépendantes. La Traction Avant bénéficie quoi qu'il en soit d'une meilleure tenue de route que la plupart de ses contemporaines, ce qui attise l'imagination des publicitaires : « La Traction Avant dompte la force centrifuge ». Sans cesse améliorée par André Lefèbvre, cette Citroën a ouvert la voie à la production en grande série de véhicules équipés de cette technique, ses qualités lui valant une longue carrière et une production de 760 000 exemplaires..
C'est à partir du moment où les journalistes ne s'intéressent plus à ce qu'ils considèrent comme une voiture vieillissante que la Traction Avant va connaître une fin de carrière brillante. Les raisons en sont nombreuses :
  • Le rajeunissement, entrepris durant l'été 1952, commence par l'apparition de quatre clignotants avec un nouveau dessin du compteur et de la lèvre de tôle claire au sommet du tableau de bord ; à l'automne, c'est l'apparition d'une malle, avec une sellerie entièrement repensée et une planche de bord deux  tons qui transforment l'intérieur de la berline, la rendant plus claire et plus gaie. Le succès est immédiat et la clientèle se porte de plus en plus vers la Traction Avant, laquelle, compte tenu de son rapport qualité/prix et de son habitabilité, restera jusqu'en 1957 une véritable affaire pour ceux qui ne sont pas très attentifs à la mode.
Seule ombre au tableau, la 11 CV n'est toujours disponible qu'en une seule couleur de caisse : le noir, et ce jusqu'en 1953. La naissance de la Citroen DS, fin 1955, condamne la Traction Avant, mais sa disparition demeure néanmoins lente pour une simple raison : la DS ne pouvait pas intéresser les dizaines de milliers d'usagers pour lesquels mettre600 000 francs dans une voiture était un maximum, alors qu'on leur proposait à 900 000 francs quelque chose de beaucoup plus voyant pour une catégorie sociale plus riche
File:Citroen-Traction-cabriolet-blanc-flancdroit.jpg
Source vidéo : TECALEMITEZ

CLUB5A - REVUE DE PRESSE - RETOUR SUR LE RALLYE DES POILUS ET SA 25éme EDITION - Photos Inédites de Dominique GARCIA - Le Rallye des poilus sur les routes du département Week-end - Vieux bolides...


Voilà une attraction qui ne laisse personne indifférent. Quand ces vieux bolides se garent en file indienne sur une place ou le long d'un boulevard, c'est tout un village qui est en émoi. 
Le Rallye des poilus a été lancé hier. 
Au total, 36 voitures de collection sont de la partie. Organisé par l'Amicale Denis-Papin, de Lévignac, et le club des 5A, de Carcassonne, cet événement ne regroupe pas moins de 72 participants, venus de toute la France et même de Suisse. L'équipage est composé, à chaque fois, d'un pilote et d'un copilote.
Jusqu'à dimanche, ces passionnés de vieilles voitures emprunteront les routes de tout le département, pour le plus grand plaisir des amateurs de moteurs vrombissants. Des modèles que les moins de cent ans ne peuvent pas connaître. «Le critère est de conduire une voiture datant d'avant 1914, nous précise Régis Arnaud, président du club des 5A. D'où le nom de Rallye des poilus». 
Le départ sera donné demain, à 8 h 15 à Carcassonne, avec une première pause à Rieux-Minervois, de 9 heures à 10 heures. 
Les fous du volant s'arrêteront ensuite à Caunes-Minervois, de 15 heures à 16 heures, pour arriver à Carcassonne, sur la place Carnot, à 17 h 30.
A.M.I.C.A.L.E. DENIS PAPIN Mairie - 31530 LEVIGNAC Tel : 05 61 85 44 87 amicale.denis.papin@wanadoo.fr

Source : LADEPECHE.FR

CLUB5A - PRÉPAREZ VOS MÉCANIQUES - JOURNÉES du PATRIMOINE DIMANCHE 17 SEPTEMBRE 2017...INSCRIVEZ-VOUS !!

Départ 8 H 30 de la maison des Associations 
1 Av DES BERGES DE L'AUDE À CARCASSONNE ou Directement sur la place du château dans la matinée...
Contact et renseignements :  
Dominique GARCIA
5A-secretariat@sfr.fr / 06.18.24.53.42
Retrouvez l'édition 2016 sur notre chaîne Youtube