vendredi 14 décembre 2018

CLUB5A - REPORTAGE MOTOS - Rouler en moto ancienne au quotidien !!

Gardez présent à l’esprit que rouler en ancienne offre son lot de joies, mais passe par une série de contraintes. L’essentiel, ou plutôt la règle numéro un, c’est de savoir prendre son temps. Commencez par vous fixer un budget qui intégrera le prix d’achat, les frais de l’éventuelle restauration, le prix des pièces détachées ainsi que le prix
 de l’assurance. Mais surtout, ne vous fixez pas de date butoir, ce serait le meilleur moyen de faire à coup sur le mauvais investissement.
Témoignage : Voici les raisons qui m'ont poussées à rouler avec des motos de collections. 
Source : Lunaris2142

jeudi 13 décembre 2018

CLUB5A - MÈRES ET PÈRES NOEL PRÉPAREZ VOS HABITS VOS HOTTES ET VOS GUIRLANDES ÉTINCELANTES - RONDE DE NOEL DU CLUB DES 5A CARCASSONNE LE 16 DÉCEMBRE 2018.....INSCRIVEZ VOUS !!

RONDE DE NOËL EN VÉHICULES DE COLLECTION DIMANCHE 
16 DÉCEMBRE 2018
Nous comptons sur vous pour une mobilisation générale de tous les membres des 5.A et tous ceux qui voudront se joindre à nous afin de participer à cette ronde autos-motos-solex-mob de collection....
VENEZ-NOMBREUX EN HABITS DE NOEL !!!
 PROGRAMME : 
10H30 : RENDEZ VOUS À LA MAISON DES ASSOCIATIONS POUR UN PETIT CAFÉ  DÉCORATION DES VOITURES  ( Merci de ramener les bonnets ou les décorations de l'an dernier )
11H15 : DÉPART POUR LE TOUR DES BOULEVARDS PUIS EXPOSITION SUR LA PLACE CARNOT CARCASSONNE JUSQU'À 13H
UN REPAS POURRA ÊTRE PRIS EN COMMUN VERS 13H AU RESTAURANT L'OLIVERAIE  
Les personnes intéressées sont invitées à se faire connaître dès que possible et dans tous les cas avant le 10 décembre (pour les repas) 
Inscriptions : Josette Alvaro ZI l’Estagnol, rue Montgolfier- 11000 Carcassonne 04.68.25.23.70 
mail : gjalvaro@orange.fr 
Retrouvez les meilleurs moments de la Ronde NOEL 2017 et 2016 sur notre Chaîne YOUTUBE


CLUB5A - PHOTO INSOLITE - GRAND SAPIN POUR PETIT VOITURE !!


CLUB5A - SOUVENIRS-SOUVENIRS - LE 5ème CIRCUIT DE CATALOGNE .....C'ETAIT EN 1984 !!

« Dans la nouvelle série de souvenirs, je souhaite aujourd’hui, vous faire partager quelques photos d’une de mes nombreuses épopées avec nos véhicules anciens. C’était en avril 1984, je participais alors au « cinquième circuit de catalogne » organisé par notre ami Jacques BRANEYRE.
Je possédais à cette époque là une traction 11 BL de 1955 à malle bombée qui fonctionnait à merveille. Mon père nous avait offert, une dizaine d’années auparavant, deux tractions une à mon frère et moi même. 



Nous étions alors jeunes étudiants en médecine et pharmacie, l’un à Toulouse l’autre à Montpellier. Dans les années 70 on trouvait encore pas mal de tractions dans les garages de nos villages, souvent avec peu de kilométrage et en très bon état. 

Celles ci ayant été remisées rapidement dès que la DS remplaça la traction . J’ai le souvenir que mon père avait payé la BL 100 francs de l’époque avec le plein d’essence et une canne à l’intérieur. 

Mon frère avait pris la 11 large à strapontins avec laquelle nous allions camper les étés au lac des Bouillouses (alors infecté par les moustiques le soir), et à chaque vacances nous parcourions le département avec un copain plus âgé qui avait déjà le permis de conduire alors que mon frère et moi nous n’avions pas encore le permis…..

Celle-ci fut vite revendue. Quant à moi j’avais gardé la 11BL bleue nuit avec laquelle j’ai roulé par la suite au quotidien, à la fin de mes études » Montpellieraines ». Quelques années plus tard elle fut remise en état sur les conseils de Jacques BRANEYRE et avec l’aide précieuse de mon ami Henri ERRE (actuellement président des vielles soupapes catalanes de PORT VENDRES) . Une nouvelle pompe à essence ainsi que des flexibles de freins neuf lui furent attribués.

Une mise en peinture gris anthracite non réglementaire mais qui me plaisait lui fut appliquée c’était la couleur des CX de l’époque elle me paraissait plus chic que le bleu nuit ou le noir…( …) Je la remisais chez ma grand-mère à Villeneuve de la Raho, car je travaillais alors à Banyuls et louait un petit appartement où il n’y avait pas de garage .
J’avais déjà dans la rue devant le petit immeuble une Berlinette A110 dont je me servais au quotidien et une SPIT FIRE dont tout l’arrière était embouti et qui ne roulait pas (le propriétaire de l’immeuble m’ayant demandé d’éviter de rajouter » des encombrants »dans cette petite rue de BANYULS). 
J’ai vite intégré le jeune Antic Auto Club Catalan que Jacques BRANEYRE venait de remonter. A cette époque là les escapades en catalogne étaient régulières . Nombre d’audois venaient nous rejoindre pour participer souvent à nos sorties. J’ai le souvenir d’André SOUCARET avec ses anecdotes piquantes à chaque fois et ses belles bacantes …. De Mr RAYNAUD …..MATTUTANE …. 
Sur ces quelques photos vous reconnaîtrez également entre autres : 
- la DELAHAYE de Jean REUS ( AACC) 
- la TALBOT de GALONNIER …. 
- la DELAHAYE course de BLASQUEZ (AACC) 
 - ma traction grise immaculée ….. 
- la DARRACQ de PIQUEMAL d’Agen 
- l’AMILCAR de PRATVIEL du cercle T 
- la FORD T de FERNAND CAPPEAU de PORT VENDRES
- la MGTC de DESCAMPS des TRAPADELLES 
- la CELTAQUATRE de Mr RAYNAUD. 

J’ai revendu cette traction quelques années après mettre installé à CARCASSONNE car je ne roulais plus avec, ayant d’autres véhicules plus sportifs….. et,….bien entendu…..je l’ai regrettée. 
Elle est devenue noire, et coule actuellement, le parfait amour à PORT- VENDRES avec son nouveau propriétaire. » 

Photos et texte : Régis PERICH.....Merci Régis d'avoir ouvert ton album à photos pour le plaisir de tous.....

CLUB5A - VOITURE DE LÉGENDE - LA PORSCHE 356 ...LA BIEN CONSTRUITE !!

La Porsche 356 fut la première voiture de la marque allemande Porsche. Conçue par Ferry Porsche sur les bases mécaniques de la Volkswagen Coccinelle (par souci d'économie) et dessinée par Erwin Komenda, elle sera produite en série de 1948 à 1965. Initialement disponible en coupé, en cabriolet puis en speedster, la 356 a connu de nombreuses évolutions lors de sa production. Sa puissance culminera à 155 chevaux avec la 356 Carrera 2000 GS/GT (moteur version 587/2 avec échappement sport). 

 La création de la version « Speedster » de la 356, fin 1954, a été faite à la demande de Max Hoffman, l'importateur Porsche des États-Unis qui voulait une version moins chère et plus racée de la 356 pour le marché américain. 

 En 2011, les experts automobiles estiment qu'il ne reste que la moitié des 76 000 exemplaires produits de la Porsche 356. 
 Il y a eu plusieurs modèles de Porsche 356 au cours des années. Toutes ont été engagées en compétition automobile, que ce soit par l'usine Porsche ou par des équipages privés. 

 1948-1955  Première voiture portant le nom de Porsche. 
Elle fut disponible dès le début en version coupé et cabriolet. Les premiers modèles sont produits en Autriche à Gmünd où les chaînes sortent la Porsche 356 n°1  le 8 juin 1948, date de son homologation, avant que la totalité de la production ne soit déménagée à Stuttgart-Zuffenhausen. 
Elle était agile, légère, et bien construite. 
Sa qualité de fabrication vaudra à Porsche une solide réputation. Elle était étroitement dérivée de la Volkswagen Coccinelle notamment par l'utilisation d'un moteur Boxer à quatre cylindres à plat, refroidi par air, et situé en porte-à-faux arrière du véhicule. 
 Cette voiture fut un succès commercial énorme aux USA, en particulier chez les stars d'Hollywood. L'acteur américain James Dean en a possédé une. 
Il a disputé plusieurs courses avec, avant de se tourner vers un vrai modèle de compétition, la Porsche 550. 1956-1959 (356 A) C'est le second modèle de 356. Il fut disponible tout le long de sa production en version coupé, cabriolet et Speedster/Convertible D. 
 1960-1963 (356 B) 1964-1965 (356 C) Le palmarès en course est impressionnant, et nombre de 356 ont inquiété et parfois battu des voitures plus puissantes, grâce à leur maniabilité et leur légèreté. Elles ont ainsi par exemple remporté le tout premier Championnat d'Europe des rallyes en 1953, récidivant encore en 1961 (en empochant à l'occasion le rallye d'Allemagne avec Walter et Wencher), Liège-Rome-Liège à quatre reprises, en 1952, 1954, 1957 et 1959, la Coupe des Alpes en 1953 et 1956, le Rallye Press on Regardless en 1956, et le Championnat d'Europe de la montagne de 1960 à 1963 en catégorie Grand Tourisme. 

En GT toujours, la voiture s'impose lors du GP de Berlin en 1954 et 1955, de l'Eifelrennen Nürburgring 1955, des Coupes de Vitesse de Montlhéry en 1956, du Nassau Tourist Trophy en 1959 (version Carrera), entre autres. Lake Underwood remporte le SCCA National Sports Car Championship en catégorie F Production pour les saisons 1956 et 1957 (Porsche version Bathtub), et Bengt Söderström gagne sa catégorie Production en 1955 et 1956. 

En endurance, outre des victoires de catégorie 1.1L. en 1951 et 1952 aux 24 Heures du Mans avec Veuillet et Mouche, la 356 termine en tête de la première édition des 9 Heures d'Afrique du Sud en 1958, ainsi que des 1 000 kilomètres de Catalogne à plusieurs reprises (en 1958, 1959 et 1963). 
Pour les féminines, celles-ci empochent cinq Coupes des Dames au Tour de France automobile entre 1954 et 1961.
Source : Robert Dutton / Ingo Mettes


CLUB5A-REVUE DE PRESSE - Un grand garage de youngtimers aux enchères !!

RM Sotheby's va proposer 140 youngtimers aux enchères. Une vingtaine d'entre eux seront vendus le 6 février, place Vauban à Paris. Voici une sélection de cette incroyable collection. En découvrant cette incroyable collection baptisée «dream garage», une question vient à l'esprit: comment est-ce possible de rassembler autant de véhicules de la même période et souvent similaires? 

Sans doute faut-il être un acheteur compulsif ? 
Reste que ce «dream garage» va faire le bonheur de nombreux passionnés. Il réunit la crème des youngtimers de grand tourisme et de prestige. Des modèles qui parlent aux quadras et aux quinquas et souvent plus accessibles (sauf exceptions) que des véhicules plus anciens. D'ailleurs, une grande partie de la collection comprenant 140 youngtimers et mise en vente par la maison RM Sotheby's, est proposée sans prix de réserve. L'ensemble des lots de la collection sera réparti sur quatre ventes: Paris, Amelia Island, Fort Lauderdale et Essen. De quoi redécouvrir des modèles dont les moteurs n'ont pas peur de dépasser parfois les 6 litres de cylindrée, et de compter jusqu'à douze cylindres. 

Une occasion aussi, s'agissant des modèles de sport, de s'essayer au pilotage à l'ancienne au volant de véhicules légers et peu assistés. Du côté des machines anglaises, des voitures de luxe produites par Bentley et Rolls-Royce avec une côte très largement inférieure aux prix des modèles récents, seront notamment vendues. Ça ne sera toutefois pas le cas des deux étonnantes berlines Aston Martin Lagonda, qui ont vu leur cote grimper au fil des années. Les modèles allemands sont les mieux représentés avec de nombreux modèles de chez Mercedes-AMG, mais aussi de chez BMW Motorsport. la firme à l'étoile compte ainsi 34 véhicules tandis que la marque bavaroise se contente de 27 modèles. 

La collection compte aussi une sélection représentative du catalogue Alpina durant les années 1980-90. L'Italie et l'Amérique sont moins mis en avant, et il faudra se contenter de quelques modèles du constructeur au cheval cabré ainsi que d'une poignée de Corvette. Les voitures en provenance du pays du Soleil levant ne sont pas en reste, avec des sportives à la fiabilité proverbiale comme la Honda NSX et la Toyota Supra, mais aussi des modèles sortant du lot par leurs choix techniques peu communs, comme la Mazda RX-7 avec son moteur rotatif. Les seuls engins tricolores disponibles sont deux Renault 5 Turbo 2, un modèle mythique dont la cote atteint des sommets: entre 80 000 et 90 000 euros.
Source : lefigaro.fr - Merci DAVID SARDA pour le suivi de l'info...

mercredi 12 décembre 2018

CLUB5A - COMMUNICATION - LE PROGRAMME DES PROCHAINS MOIS....INSCRIVEZ-VOUS LE PLUS TÔT POSSIBLE !!


Programme d'octobre novembre et décembre 2018 - janvier et février 2019
 04 novembre: Sortie Motos du Dimanche Matin A. FUMANAL 04.68.25.19.72 Régis Périch 06 23 87 60 32 regis.perich@wanadoo.fr 
18 novembre : Sortie Jean Lapasset - tous – inscription : Josette Alvaro ZI l’Estagnol, rue Montgolfier- 11000 Carcassonne 04.68.25.23.70 mail : gjalvaro@orange.fr
2 décembre: Sortie Motos du Dimanche Cassoulet au Resto FOLI’S. Alain FUMANAL tél. 04.68.25.19.72 Régis Périch 06 23 87 60 32 regis.perich@wanadoo.fr
16 décembre : 3 ème Ronde de Noël Carcassonne.Tous. inscription : Josette Alvaro ZI l’Estagnol, rue Montgolfier- 11000 Carcassonne 04.68.25.23.70 mail : gjalvaro@orange.fr
19- 20 janvier 2019 : BOURSE D’ECHANGES MOTOS ANCIENNES DE BRAM – Renseignements - Inscriptions : Gérard ALVARO tél. 04.68.25.23.70 – gjalvaro@orange.fr
Christophe FAJAL tél. 06.82.87.34.02 – christbike@yahoo.fr
27 janvier 2019 :8ème HIVERNALE MOTO 5A – Renseignements - Inscriptions : Régis Périch 06 23 87 60 32 regis.perich@wanadoo.fr
Alain FUMANAL tél. 04.68.25.19.72
17 février 2019 : Assemblée Générale - 10 heures Carcassonne Renseignements - Inscriptions : Josette ALVARO tél. 04.68.25.23.70 – gjalvaro@orange.fr
24 février 2019 : Sortie Motos CABARDES soupe aux choux Renseignements - Inscriptions : Régis Périch 06 23 87 60 32 regis.perich@wanadoo.fr
  Alain FUMANAL tél. 04.68.25.19.72
  Prochaines réunions : 21 heure salle du Paichérou 11000 Carcassonne : jeudi 18 octobre, mercredi 7 novembre, jeudi 15 novembre, mercredi 5 décembre, jeudi 20 décembre, mercredi 2 janvier, jeudi 17 janvier, mercredi 6 février, jeudi 21 février. Pour vous acquitter de la cotisation 2019 vous pouvez adresser votre paiement à Alain Anquetin (voir adresse ci dessous) C’est toujours 30 € (chèque à l'ordre CLUB 5 A

CLUB5A - LES AVENTURES DE ISEISAISETTE - MES MILLES VACHES 2018 !!

Mes 1000 vaches 2018 Réveillée avant le réveil je n’ai pas bougé, pour emmagasiner du repos vu ce qui m’attendait. Lever 6h pour un départ à 7, j’avais le temps donc j’ai traînassé, et ai décollé à 7h13 après un texto à Miaou car nous avions convenu de nous retrouver à mi-chemin (Figeac) à 11h. Premiers km dans la nuit avec un éclairage plus casse-pieds qu’utile… Presque il aurait mieux valu partir plus tard et foncer, car là c’était 50 km/h voire moins. Heureusement ça n’a duré que sur 10 ou 20 km. 
Ciel gris mais pas de pluie, j’ai bien roulé jusqu’à Albi. Là commençait l’inconnu, donc je me suis plantée : pas de panneau Cordes-sur-Ciel en partant à l’ouest, il fallait faire le tour de la ville par l’est pfff. Magnifique nouvelle route… Quand on arrive sur Cordes, on aperçoit le village sur son promontoire entre deux collines, il disparaît caché par l’une d’elles, puis réapparaît plus gros, redisparaît, et quand j’arrive au pied bien tentée d’y monter mais non j’ai R.V avec Miaou, on continue. Des virolos !!! 

Petits et pas très longtemps mais j’ai pensé à vous tous en Auvergne Juste après Cordes, Laguépie un charme fou, sur un barrage naturel de rivière… Puis on remonte sur les hauteurs, quasiment pas de voitures, de jolies fermes, des champs bien verts pour descendre à Villefranche de Rouergue héhé bientôt Figeac. Texto à Miaou « j’ai rejoint ta route où es-tu ? » « Je suis déjà à Figeac » Quoi ? Il est 10h34 grumf je suis en retard ! Le temps de se retrouver et c’est reparti, on va à Beaulieu où se cache le restaurant de motards connu pour ses burgers, sauf qu’on s’est laissé tenter par du petit salé à la mique, miiiiiiaaaaaam !!! 
 On passe par Argentat avec son château au bord d’un lac, royal, suivi de sa côte interminable, puis des km à travers la forêt pour rejoindre Egletons. Arrivée là je me dis qu’il n’y a pas photo : toute cette route me plait beaucoup, bien plus que celle des deux années précédentes. Arrivée à Meymac à 16h, le temps de visiter le dernier wc digne de ce nom avant… et je file apporter leurs entrées à Bidouille et Laurent pendant que Miaou fait les courses. Les pauvres ont réussi à s’abriter dans une grange… 
Les gars à l’entrée je me dis que c’est du nimmourtikoui : on devrait nous payer pour aller planter les tentes cette année vu le temps pourri !!! Plus loin la barrière à l’entrée du champ c’est bien de la boue dès qu’on quitte le bitume… Il y a un monsieur avec un chapeau qui nous parle, j’en cale. Fallait pas c’était juste François venu nous accueillir et nous guider jusqu’au campement ! 
 Mazette on est gâtés : on a le meilleur emplacement ! En plein milieu, entre la forêt et le barnum, sur du plat, et personne autour incroyable ! En fait les autres se sont réfugiés tout autour espérant trouver des paravents dans les arbres et les clôtures électriques !!! 
François Michel et Jean ont mis deux heures pour arriver à allumer un feu… 
Et ils nous ont fait une réserve de bois énorme, Michel a fait des envieux avec sa remorque Cette année nouvelle amélioration (l’an dernier c’était les poubelles gravatsacs) : il y a des braseros à disposition, c’est sympa et accueillant merci les organisateurs. Dans le genre améliorations on a aussi le super éclairage de François, même plus besoin de lampes frontales ! Draknor Baptiste et Marcel arrivent peu après nous sommes 10, presque au complet : message de Guillaume à 19h30 comme quoi il lui reste 5h30 de route. Baptiste me montre la réparation de fortune, eh oui c’est bien un bout de ceintre qui maintient l’échappement sur le haut moteur !!! 

Les retrouvailles se font une verre à la main et les autres mains à monter les tentes, quand de nouveaux arrivant viennent demander un renseignement, et sont chaleureusement invités à planter leur tente parmi les nôtres et à se joindre à notre feu, ce qu’ils font sans se faire prier. Nous avons de nouveaux amis ! Delphine, Manu, Olivier et Maïkeul. 
Une fille ! Dans mes bras !!! Elle s’est mise à la moto il y a 1 an et demi, et elle est venue en 125 ! Ca me rappelle des choses… Jean m’offre une fine tranche de saumon et du Chablis, que je vais déguster un peu à l’écart, les pieds dans l’herbe douce, les yeux au ciel dans les étoiles, je n’entends que le vent, je me trouve la plus heureuse sur terre à ce moment-là Ressourcée je rejoins la troupe et on lance les grillades sur la grille de Bidouille, la soirée se passe ainsi tous autour du feu, assis ou debout, changeant de place au gré des conversations, jusque vers 1h du matin où comme nous ne sommes plus que 4 nous allons attendre Guillaume sous le barnum. 
A 4h passées nous décidons que c’est rapé pour Guillaume et nous rejoignons nos tentes. Surprise : mon matelas s’est dégonflé ?! Je le regonfle un peu puis je fais chauffer de l’eau pour la bouillotte, et j’essaie mon nouveau duvet. Pas maaaaaal ! 

J’ai à peine fermé l’œil que mince besoin d’aller aux toilettes… Hop on saute dans les après-ski et on constate qu’il est 6h, aaaaah donc j’ai dormi, yyyesss !!! Et même pas froid ! Du coup quand je me recouche c’est confiante dans le reste de la nuit pour retrouver des forces… 6h du mat' on se recouche et zut zut zut le matelas est crevé… Ma foi j’ai déjà dormi plus d’une heure, ça devrait le faire ! En plus j’ai le meilleur des oreillers : ma vache, trop mimi, cette année j’ai craqué… Voilà donc un bon duvet, un plastique isolant, et une vache sous la tête, gros dodo jusque 10h, même à la maison je ne dors jamais si tard !!! T’es réveillé Jean ? oui T’entends la pluie ? oui Ca donne pas envie de se lever hein ? non Jean fait chauffer de l’eau et me propose thé, café, cappuccino… C’est royal ! On papote chacun dans son duvet, et je lui parle de mon envie de rester la seconde nuit pour rentrer par ma belle route, en plus Miaou veut bien faire le retour avec moi... Seulement lui il préfère rejoindre l’hôtel à Brive… Mais Grand Seigneur il est OK pour qu’on rejoigne Figeac, il me quittera à Revel pour rentrer jusque chez lui au sud de Toulouse en passant par St Félix, Villefranche de Lauragais… Et il m’annonce que la tente c’était ses dernières Millevaches : elle fuit. C’est un peu vrai. Et puis aussi il faut qu’il pense à lui : avec une tente à une seule chambre il pourra inviter des femmes pas mariées !!! Donc l’an prochain moi aussi il faut que je m’équipe On se lève donc, et on plie tranquillou, François et Michel aussi. Baptiste et Marcel partent un peu avant nous. On décolle en début d’après-midi, pour deux heures de route, vraiment pas agréables, mains gelées, pieds trempés, et en plus on se paume encore une fois dans Brive, grrr. Heureusement à l’hôtel la douche chaude nous remet d’aplomb. On décide de se faire un petit goûter puis repos en attendant 19h l’ouverture du restaurant à côté, une excellente soirée et un coucher tôt en prévision du retour. Malgré un réveil tôt je crois bien qu’on quitte vraiment Brive après un plein d’essence autour de 9h. 

Comme convenu début de route à 4 puis François et Michel prennent l’autoroute pour Toulouse et Jean et moi bifurquons vers Gramat. Tout de suite le bonheur… Eh oui quasiment pas de voitures, des paysages colorés et reposants, des villages incroyables comme Floirac et sa falaise, et un autre aux maisons à flanc de rocher, Montvalent peut-être… A Figeac à 11h, marrant, comme à l’aller !!! Là je sais que c’est gagné : l’aller m’a pris 4h on peut même faire du tourisme !!! Chocolat chaud dans le même café qu’avec Miaou, avec qui on échange des textos et il nous dit qu’il est Gramat mais que non il ne nous rejoint pas car la soirée a été agitée !!! On continue sur ma belle route que Jean apprécie lui aussi énormément. Pause essence à Cordes où on se dit qu’on a bien envie de manger quelque chose de chaud puisqu’on a le temps Montée tout en haut en première, et on se régale d’un foie de veau-aligot à la plus belle table de l’Auberge de la Halle oui là-bas juste devant la fenêtre et son panorama. Pour reprendre la route pitiproblème : il faut redescendre… J’ai dû mettre 10mn ou alors le temps passe lentement quand on serre le frein et qu’on transpire de frousse sur une descente de pavés et d’herbe glissants à hm beaucoup de degrés ! Avertissement donc : si vous allez à Cordes, les p’tits slips montent à pied !!! Il nous reste 25km jusqu’à Albi puis 82 jusque chez moi, où Jean ne viendra pas boire le thé car la pluie se met à vraiment tomber berk. Il était temps pour moi aussi car les rafales de vent me déportaient j’ai dû ralentir à 60km/h après Soual… C’est fini !!!
Texte et photos : ISEISAISETTE

CLUB5A - PHOTO INSOLITE - LE SIDE-CAR VESPA EN MODE ARC-EN-CIEL !!

La série de photos insolites auto et moto risque de vous étonner ou vous faire rire voir vous surprendre !! Cette nouvelle rubrique regroupe des images drôles et insolites du web. Vous pouvez les revoir en cliquant dans l’onglet divertissement dans le menu de droite de ce blog « Rubriques-Club des 5A »…...

CLUB5A - LE SAVIEZ-VOUS ?? ...SEULEMENT DEUX VOITURES EN CIRCULATION ET UN ACCIDENT DANS L'OHIO AUX ETATS-UNIS EN 1985

1895 n'est pas une des dates les plus fleurissantes pour l'automobile. Cependant, l'année marque une coïncidence des plus troublantes. Dans l'Ohio, seules deux voitures foulent les routes de l'état américain. Et bien croyez-le ou non, mais un accident entre les deux a été enregistré. Seulement à l'époque, archiver les constats d'accident n'étant pas une priorité, le papier ne peut donc être sorti comme preuve de l'accident.
Source : hitek.fr

CLUB5A - LA SAGA DES MARQUES AUTO ET MOTOS - SUNBEAM A CRÉE DES AUTOS DES MOTOS ET AUSSI DES AVIONS !!

Sunbeam est une marque d'automobiles anglaise créée par la John Marston Co. Ltd à Wolverhampton en 1888. 

À ses débuts, l'entreprise s'illustre en compétition automobile puisqu'une Sunbeam est la première voiture britannique à remporter un Grand Prix et que la marque établit de nombreux records de vitesse terrestre. 



 L'entreprise fabrique des bicyclettes puis des motos avant de s'intéresser à l'automobile à partir du xixe siècle ; Sunbeam construit également 647 avions au cours de la Seconde Guerre mondiale. 
L'entreprise est rachetée par le groupe Rootes en 1936 qui continue à utiliser la marque Sunbeam. Sunbeam fut un grand producteurs de motos: ses plus riches heures se situent avant guerre où les machines de la marque collectionnaient les succès sur piste notamment dans les courses d'endurance avec la très sophistiquée Sunbeam Model 901. 

 Après guerre la firme produisit, en coopération avec BSA un modèle de tourisme bicylindre 500Cm3 très original la S7 puis son évolution améliorée , la S8 . 
Contrairement aux canons de l'industrie motocycliste britannique instaurés par la firme Triumph , le bicylindre était disposé longitudinalement et utilisait une transmission secondaire par arbre et cardans, comme les BMW allemandes. 

Toutefois cette disposition mécanique donait un mauvais refroidissement (par air déplacé) du cylindre arrière et cantonnait le moteur à une puissance spécifique faible. 
 Le pont arrière était à vis sans fin et non à couple cônique (la firme ne disposait pas des machines-outils adéquates et devait "faire avec" d'antiques machines à tailler les engrenages héritées de la firme Lanchester ) ce qui posa divers problèmes graves de fiabilité. 


À la fermeture de l'usine il restait un stock impressionnant de pièces qui furent reprises par Stewart engineering, les frères Stewart allant jusqu'à assembler des S8 neuves et à les commercialiser dans leur magasin londonien de Bective Road jusqu'à la fin des années 70.
Source : Living the Dream

mardi 11 décembre 2018

CLUB5A - PHOTO INSOLITE - BIENTÔT NOEL - VOICI UNE IDÉE POUR UN PIED DE SAPIN ORIGINAL !!

La série de photos insolites auto et moto risque de vous étonner ou vous faire rire voir vous surprendre !! Cette nouvelle rubrique regroupe des images drôles et insolites du web. Vous pouvez les revoir en cliquant dans l’onglet divertissement dans le menu de droite de ce blog « Rubriques-Club des 5A »…...

CLUB5A - TECHNIQUE ET RESTAURATION AUTO-RESTAURATION D'UNE SIMCA 1000 RALLYE !!

Reportage restauration Simca 1000 Rallye..... 

La Simca 1000 Rallye est un modèle d'automobile de compétition dérivée de la Simca 1000. 
 Elle a été déclinée en quatre versions, appelées Rallye, Rallye 1, Rallye 2 et Rallye 3.
Leurs moteurs situés en porte-à-faux arrière leur ont conféré un comportement survireur, dérivant de l'arrière et permettant une conduite sportive à l'instar des Renault 8 Gordini.


 La mise au point s'est faite sur le circuit de Mortefontaine, par le pilote officiel Simca Chrysler Jean-François Rousseau, l'ingénieur liaison au sol Jean-Claude Vaucard et le directeur des essais moteur Hubert Arnoult. 
 Accompagnés d'Enjolras, ils ont mis au point des 1000 Rallye à compresseur redoutables avec lesquelles ils ont gagné des scratchs dans des rallyes nationaux. 
 Le pilote Bernard Fiorentino a participé à deux épreuves du championnat du monde des Rallyes (Monte-Carlo 73 et Rallye de Suède 75) avec des Rallye 2 Groupe 2....

CLUB5A - REPORTAGE AUTO -L'Histoire de L'Automobile depuis 1886 !! ....

Bien que les premiers modèles soient apparus quelques années plus tôt, le mot « automobile » lui-même n'est forgé qu'en 1875 lorsque l'Académie française se prononce sur son genre, masculin en l'occurrence. 

Néanmoins, en 1901, elle entérine l'usage du féminin. 
Le terme « automobile » n'est que rarement employé dans le langage courant, et s'est vu remplacé par le terme « véhicule » ou « voiture ». 
Paradoxalement, les véhicules désignent initialement les engins mobiles mus par une force extérieure, en particulier par les chevauxTC .

 Si l'on s'en tient à l'étymologie du mot automobile, « qui se meut par soi-même », ce serait le petit véhicule à vapeur fabriqué par Ferdinand Verbiest dans le palais de l'empereur de Chine à Pékin vers 1668, qui, le premier, remplit cette condition. 
Ce véhicule, considéré davantage comme un jouet, est constitué d'une bouilloire fixée sur un petit four et équipé d’une roue à aubes, d’engrenages et de petites roues.
 Il en décrit le fonctionnement dans l’ouvrage Astronomia. 

 De façon plus anecdotique, certains voient dans les publications Codice atlantico de Léonard de Vinci, au xve siècle, la première étude d'une voiture sans chevauxTC 2,6. 

Antérieur à de Vinci, Francesco di Giorgio Martini, ingénieur de la Renaissance, présente dans ses carnets un dessin remarquable connu sous le nom de « l'automobile », vaguement ressemblant à un véhicule à quatre roues.

Source Vidéo  : Patrice LE MERCIER

CLUB5A - DIVERTISSEMENT AUTO - NE PAS CONFONDRE 2 CV ET JAGUAR !!!!

Voici à travers quelques films où la 2CV est star, la preuve que les limousines de prestige ne sont pas les seules à accéder au statut de voitures de légende. Le cinéma comique Personnage sympathique s’il en est, drôle et coquine dans son look comme dans son comportement routier, la 2 CV a multiplié les rôles comiques au cinéma. 
. 
 Source : chatnel numéro 5

CLUB5A - REVUE DE PRESSE - Dunlop Sport Classic, des pneus pour les anciennes...

Bonne nouvelle ! 
Dunlop commercialise une nouvelle gamme de pneumatiques destinés aux voitures anciennes et youngtimers des décennies 1960 à 1980. Pour le possesseur de modèles des années 1960, 1970 ou 1980, chausser sa voiture de collection des pneumatiques de dimension d'origine s'apparente souvent à un parcours du combattant. L'augmentation du diamètre et de la largeur des pneumatiques a fait quasiment disparaître des étagères des modèles de 13, 14 et 15 pouces. 

Trop souvent, le possesseur d'une automobile ancienne est obligé de se rabattre sur un substitut quand il ne se retrouve pas face à une impasse. Pour nombre de possesseurs de GT ou de voitures de prestige des sixties et de seventies mais aussi de youngtimers, le calvaire touche à sa fin. Sous le label Sport Classic, le manufacturier de pneumatiques Dunlop vient de lancer une gamme de pneumatiques adaptés aux besoins et aux exigences de ces anciennes. 
Réputé pour équiper les voitures de grand tourisme et les sportives dans les années 1960 et les voitures de course avec ses gommes Racing (section «L» ou «M»), Dunlop était parfaitement légitime pour développer la famille Sport Classic. Le principal atout de cette famille de pneumatiques est d'avoir préservé le design vintage de la bande de roulement tout en se pliant aux exigences d'un pneumatique moderne. Gage de qualité, ces gommes profitent des 130 ans d'expérience du manufacturier dans la conception des pneumatiques. Et elles ont subi une campagne de tests de 150 000 km en laboratoires et 5 000 km sur circuits et routes. 

 Les pneumatiques Sport Classic recourent aux technologies les plus récentes de construction et de mélange de gomme, à base de silice. Les techniciens assurent avoir particulièrement soigné le freinage et l'adhérence sur le mouillé. La nappe supérieure de la carcasse est ainsi de dernière génération. Elle renforce la stabilité du pneu et la précision de conduite. Si le dessin de la bande de roulement reste d'époque, les nombreux blocs et la bonne répartition des rainures facilitent l'évacuation de l'eau et diminuent les risques d'aquaplaning. La gamme Dunlop Sport Classic comprend 10 dimensions de pneumatiques. Selon les dimensions, voici une liste de véhicules concernés. 

 Dimensions de pneu 
 - 165/80 HR15 87 H: Porsche 356, 911, 912, 914 ; VW Käfer, Karmann ; Volvo Amazon, PV 544 
 - 185/80 HR14 91 H: BMW 2000 CS ; MB W108, W116 ; Opel ; Triumph Stag 
 - 185/80 VR15 93 W: Aston Martin DB5, DB6 ; Bentley S1/S2 ; MB 300 SL ; Jaguar E-Type ; Mk 2 
 - 195/70 VR14 91 V: Alfa Romeo Montreal ; BMW 2,5-3,3L ; Chevrolet; Ford USA ; Glas 2600 ; MB /8, W 123 ; Pagode W113, Opel Commodore, Monza, Senator ; Rover Vitesse, 3500 ; Ferrari Dino essieu avant 
 - 205/70 VR14 95 W: BMW CSI ; Bitter CD ; Chevrolet ; Ferrari Dino,308 ; Fiat Dino ; Ford USA ; MB: SL R/W107, W108, W116, W126 ; Opel Diplomat 
 - 185/70 VR15 89 V: Austin Healey ; Jaguar Mk2 ; MG A ; Porsche 356 ; 911 ; 924 ; Triumph TR ; VW Käfer 
 - 205/70 VR15 96 W: Ferrari 250 GT ; Jaguar Mk II, E-Type, XJ ; MB 300 SL ; Rover 3,5 - 215/70 VR15 98 W: Aston Martin, Ferrari 365 GT, GTB, GTC ; Jaguar Double Six, Jensen Interceptor ; Maserati Khamsin 
 - 205/60 VR13 86 V: BMW 02, E21 ; Ford Capri, Escort ; Opel Ascona, Manta ; VW Golf I, II 
 - 215/60 VR15 94 V: Porsche 356, 911 (HA) ; Audi Quattro 100, 200 Typ 44 ; Jaguar ; Volvo
Source : lefigaro.fr - Merci DAVID SARDA pour le suivi de l'info...