mardi 30 mai 2017

CLUB5A - REVUE DE PRESSE - LES CYCLOTOURISTES AUDOIS ONT TRAVERSE LA COMMUNE DE ROUBIA (AUDE)....C’ÉTAIT LORS DU 1° MOBI-TOUR LE 21 MAI 2017 !!


Source l'Indépendant - Merci J.P FOLI pour le suivi de l'info....

CLUB5A - IMAGES D'ARCHIVES - l'AUTOMOBILE EN FRANCE...C’ÉTAIT EN 1934...

Rappelons tout d’abord que, dans les années 30, la guerre n’est pas sans effets sur l’industrie automobile : tous les pays producteurs, y compris la France, sont affectés. 

La production est ralentie, et plusieurs marques disparaissent : Au cours des années 1930, la crise frappe durement l’automobile française. Qu’on en juge : premiers touchés, les artisans ont été ruinés par la fermeture des marchés étrangers avant d’être confrontés à leurs propres difficultés. Peugeot a été victime de la faillite de la banque Oustric en 1930 et ébranlé avant même que la crise ne s’installe en France. Enfin, Citroën a déposé son bilan en 1934. Il ne reste que Renault qui semble sauvé une fois encore par la diversification et l’intégration.

  

En fait, si Renault devient le premier constructeur automobile français en 1934, c’est plus par l’effondrement de Citroën que par ses propres performances. Renault résiste en faisant le dos rond. Mais la crise est si longue qu’elle parvient à le rattraper puisqu’il affiche près de 12 millions de déficits sur les exercices 1936 et 1937, perdant pied sur le marché des voitures particulières. 

Personne n’est donc épargné, obligeant la profession à réagir. Elle le fait toutefois en ordre dispersé, compte tenu des décalages dans le temps, des motivations et surtout de la désunion générale d’une activité qui ne parvient pas à s’entendre. On est loin des espoirs du président de la Chambre syndicale de l’Automobile qui rêve en 1936 de la création d’un « consortium [français] analogue à la General Motors ou à l’Auto-Union allemande1 ». Loin également des propositions du Conseil économique et social qui, à travers le rapport Schwartz, suggère le regroupement des centres techniques, la création d’un bureau commun de statistiques et plus encore la mise en place d’ententes pour réduire le nombre des modèles en fabrication et spécialiser les entreprises dans des productions spécifiques.

 Autant d’idées qui restent lettre morte, laissant chacun suivre sa propre voie. Mais si la crise devient une occasion pour quelques-uns de s’adapter, elle est aussi le moyen pour d’autres de rebondir en s’engageant dans une restructuration si profonde qu’elle peut constituer la nouvelle donne de l’automobile française. 



Source : Giacomo ROWLAND/Reportage de 1934, de PATHE 
( Jean LOUBIGNAC) sur l'industrie en France, notamment l'AUTOMOBILE en FRANCE : RENAULT / guichetdusavoir.org

lundi 29 mai 2017

CLUB5A - 25EME RALLYE DES POILUS - CONCOURS D"ÉLÉGANCE ....C’ÉTAIT LE 27 MAI 2017 A CARCASSONNE !!

Pour sa 25e édition, le rallye des Poilus et pour sa deuxième journée de cette édition 2017, celui-ci  a réuni un joli plateau de modèles exceptionnels sur la place Carnot de CARCASSONNE, le 27 mai 2017 à 18h. 
Présentation des voitures d’avant et après la grande guerre avec des équipages habillés d’époque et des pilotes aussi passionnés les uns que les autres… 
Défilé et présentation de véhicules devant un jury de spécialistes.

Source : P.L / Amicale Denis Papin / Club des 5A CARCASSONNE

CLUB5A - REVUE DE PRESSE - 1ER MOBI-TOUR EDITION 2017-DES VIEILLES MOBYLETTES PERFORMANTES....


Source : l'Indépendant  - Merci JP FOLI pour le suivi de l'info...

dimanche 28 mai 2017

CLUB5A - REVUE DE PRESSE - Les motards bientôt connectés avec les automobilistes ?

NOUVEAUTÉ - Un nouveau système de connectivité mettant en relation les motards et les automobilistes, pourrait permettre d'éviter jusqu'à un tiers des accidents de moto. (Par Jules Humbert). 
Les premiers rayons de soleil accompagnés de températures clémentes, marquent le début des grandes balades à moto. Malheureusement, lors de ces grandes excursions, on déplore encore de trop nombreux accidents. Très exposé du fait de l'absence de protection, un motard a 18 fois plus de chances de ne pas survivre à un accident comparé à un automobiliste protégé par la carrosserie de sa voiture. 
L'équipementier Bosch, avec le soutien de Ducati, Autotalks et de la firme canadienne Cohda wireless, a décidé de s'atteler à la réduction des collisions impliquant les deux-roues motorisés. 

L'objectif est de supprimer un tiers des accidents impliquant un deux-roues motorisé. Ces acteurs sont en train de développer un système qui fournirait des informations aux motards et aux automobilistes circulant à proximité, dans un rayon de 700 mètres. Les renseignements diffusés concerneraient le type de véhicule, sa vitesse, sa position et la direction qu'il prend. Ces détails utiles seront renouvelés dix fois par seconde grâce à cette nouvelle technologie qui prévoit de connecter les véhicules entre eux, pour éviter au maximum d'être surpris par un usager distrait. Ce dispositif préviendra chaque conducteur (motard ou automobiliste) par une alarme sonore ou un voyant lumineux sur le tableau de bord, si une situation potentiellement dangereuse est détectée. 
Les voitures garées émettent aussi un signal pour prévenir les autres de leur présence, et toutes les données seront affichées sur une carte en 3D qui fonctionne de pair avec le système. Bien que cette nouveauté représente un atout supplémentaire pour la sécurité des motards, certains points sont encore sujets à interrogation. 
Le conducteur devra à présent se concentrer sur sa conduite et la route qui défile devant lui, mais aussi suivre en permanence la carte du système! 
Cela ne risque-t-il pas de compliquer la conduite et d'engendrer des fautes d'inattention? 

À trop vouloir sécuriser les usagers de la route, le système ne risque-t-il pas de créer plus de troubles qu'il n'est censé en résoudre? 
D'autant plus que si aucun danger n'est signalé, les automobilistes vont probablement relâcher leur attention, alors que les véhicules anciens qui ne possèdent pas de tels dispositifs ne seront pas signalés sur la carte. 
Est-ce l'aube de la création d'un danger supplémentaire pour les propriétaires d'anciennes motos? 
Enfin, cette technologie restera sans effet sur les usagers au comportement incivique, comme les automobilistes qui estiment être toujours prioritaires sur les motards simplement parce qu'ils sont moins exposés au danger. Pour corriger ces défauts, la prévention et la sensibilisation seront certainement nécessaires.

Source : Philippe DOUCET lefigaro.fr
Merci DAVID SARDA pour le suivi de l'info

samedi 27 mai 2017

CLUB5A - LE XXVème RALLYE DES POILUS - JOURNÉE DU 26 MAI 2017

Pour la vingt-cinquième édition du Rallye des Poilus, l’A.M.I.C.A.L.E. Denis Papin vous a convié dans la région de Carcassonne. Cette année, le rallye est organisé en collaboration avec le Club des 5A de CARCASSONNE. Régis Arnaud (Président des 5A) et Louis Arnaud sont des passionnés de véhicules des premières années de l’automobile. 

Ils ont préparé minutieusement des circuits adaptés aux voitures de cette époque. Pendant ces trois jours Ils vous font découvrir une région pittoresque chargée d’histoire. 
Vous aurez l'occasion d'apprécier réceptions et visites, ainsi que la gastronomie locale…..bref programme très chargé et tout cela dans une ambiance des plus conviviale digne de nos poilus de l'époque … 
Amicale Denis Papin 31530 Lévignac / Club des 5A CARCASSONNE 
Photos : Siegfried CIRES Les BAVARDS du NET

vendredi 26 mai 2017

CLUB5A - SORTIE MOB - DIMANCHE 21 MAI 2017 - C’ÉTAIT LE 1ER MOBI-TOUR...EN DIRECT DE GRUISSAN AUDE !!

Dimanche 21 mai nous étions une trentaine de Mobylettes pour rejoindre Gruissan. 
Aux arènes de Trébes le regroupement avant départ s 'est effectué dans la plus grande bonne humeur. 

C'est à Roubia que le café et les petits gâteaux nous attendaient religieusement servis par Marlène, Corinne et Julie. 
Pour une fois le temps était splendide, oubliées toutes ces sorties sur la pluie froide et le vent. 
Notre président bien aimé nous faisait l'honneur de faire sa première sortie Mobylette. 
Est-ce pour cela qu'il est tombé en panne ? 
Ça c'est du bizutage ou je m'y connais pas!. 
A la Rose des Sables nous avons dégusté au bord de l'eau chacun, un grand saladier de moules et bien sûr des frites. 

Rien ne manquait : du soleil, des sombreros pour s'en protéger, des mouettes qui jacassait plus que les convives. 
C'était déjà les vacances. 
Puis tel une horde sauvage vous avons pris la route du retour.Une petite halte rafraîchissante chez Jean Pierre et Marlène clôture cette belle journée. 
Merci à tous les participants et les participantes et aussi aux bénévoles toujours prêts à assurer l'assistance et l'intendance.
Source : Dominique - Jean-Pierre - Corinne - Julie 

jeudi 25 mai 2017

CLUB5A- REPORTAGE AUTO - HISTOIRE DE LA MILLE MIGLIA...

Les Mille Miglia (ou Mille Miles) était l'une des courses automobiles les plus célèbres au monde. Disputée en Italie et sur route ouverte, elle attira les plus grands pilotes et les marques les plus prestigieuses. Cette course, élevée aujourd'hui au rang de mythe, s'est disputée à vingt-quatre reprises entre 1927 et 1957, dont treize fois avant la Seconde Guerre mondiale et onze fois après.

La course fut créée par les jeunes comtes Aymo Maggi et Franco Mazzotti, en réponse, semble-t-il, de la perte du Grand Prix d'Italie par leur ville de Brescia. Avec un groupe d'associés fortunés, ils établirent un circuit en forme de huit allant de Brescia à Rome et retour pour une distance parcourue d'environ 1 618 kilomètres, soit 1 005 milles. 

La première course eut lieu du 26 au 27 mars 1927 avec 77 concurrents au départ, tous italiens. Le gagnant, Giuseppe Morandi, termina la boucle de cette première édition en un peu moins de 21 heures et 5 minutes, à la moyenne de 78 km/h . L'originalité de cette épreuve était de faire courir des voitures d'endurance sur routes, et non sur circuit. Ferrari, Maserati, Alfa Romeo, Porsche, Mercedes, Jaguar, Aston Martin, Bugatti… tout le « gratin » de la compétition automobile se disputait la première place de cette prestigieuse épopée sportive et humaine. 

 La course sera une première fois suspendue en 1939 à la suite d'un accident ayant entraîné la mort de nombreux spectateurs lors de l'épreuve de 1938. Elle sera définitivement arrêtée en 1957 à la suite de l'accident mortel d'Alfonso de Portago et de son copilote qui entraîna la mort de neuf spectateurs. De nos jours, une épreuve routière dénommée « Mille Miglia Storica », réservée aux voitures de course de collection, perpétue la tradition. Ce rendez-vous annuel est devenu l'un des événements les plus prestigieux au monde, dans le domaine des courses de véhicules d'époque. 
 En 1952, le français Marc Gignoux remporta l'épreuve au classement par rendement énergétique. À partir de 1958 les trois ultimes éditions, comportent des épreuves spéciales de vélocité (en général en côtes ascensionnelles) et des tronçons de liaison parfois assez conséquents : l'épreuve d'endurance est devenue un pur rallye de performance, dont la dernière édition est même incluse dans le Championnat d'Europe des rallyes

Source : King Rose Archives

mercredi 24 mai 2017

CLUB5A - LA SAGA DES MARQUES MOTOS - LES MOTOCYCLETTES ARIEL....

Ariel est un constructeur de cycles britannique, qui produira des motocyclettes à partir de 1901. La compagnie est rachetée par BSA en 1944 et la marque disparaîtra en 1970. En 1870, James Starley et son associé William Hillman fondent la société Ariel à Birmingham pour fabriquer et commercialiser des bicyclettes. 

Ils seront à la source de plusieurs innovations, une de celles-ci étant l'utilisation de la roue à rayon en acier. Ils mettent également au point le cadre tout en métal, qui était traditionnellement en bois. Ils commencent à vendre des cycles en 1871. En 1872, Starley et Hillman se séparent et James Starley poursuit la production. En 1880, les Cycles Ariel entrent dans le capital de l'entreprise Rudge-Whitworth. En 1885, Starley produit la Rover Safety Bicycle, une bicyclette aux deux roues de même diamètre avec un entraînement à chaîne à l'arrière, à la différence du Grand Bi et de ses roues de diamètres différents. En 1897, la Cycle Components Manufacturing, dirigée par Charles Sangster, fait l'acquisition d'Ariel Cycle Company. En 1898, sort des usines la première Ariel motorisée, un tricycle à moteur De Dion de 2,25 ch, puis plus tard en 1901 la première moto équipée d'un moteur Minerva de 211 cm³. Ariel se mit à utiliser des moteurs achetés auprès d'autres constructeurs, tels que MAG ou JAP ou produits sous licence. En 1910, les moteurs étaient principalement basés sur le 482 cm³ White and Poppe à soupapes latérales.

 Par la suite, Ariel obtint la licence et le fabriqua jusqu'en 1926. En 1925, Charles Sangster prend la direction. Il embauche de nouveaux spécialistes comme Victor Mole, Edward Turner et Val Page, qui travaillait chez JAP. Val Page commence par dessiner un moteur plus moderne et le résultat se fait déjà sentir à l'Olympia Show de Londres en 1926, où Ariel présente deux nouveaux modèles : 550 SV et 500 OHV. 

La puissance de ces machines est de 10,3 kW (14 ch), ce qui permet d'atteindre la vitesse maximum de 150 km/h. Mais il faudra attendre 1927 avant qu'un cadre valable pour ces moteurs ne soit enfin dessiné. Ce sera la série des Red Hunter, qui perdurera jusqu'en 1959. En 1931, un autre ingénieur, Edward Turner, crée le 500 cm³ Square 4, un moteur à quatre cylindres en carré et soupapes latérales. La Square 4 voit sa cylindrée augmentée à 600 cm³ en 1932. Ce modèle est innovant par son architecture moteur, permettant une grande compacité.

 Le problème inhérent à cette construction étant que les cylindres arrière avaient tendance à chauffer. Ce modèle va devenir emblématique de la marque, mais en 1932 la compagnie fait faillite, des suites de la crise de 1929.......
Sources : The Great British Channel

mardi 23 mai 2017

CLUB5A - HUMOUR AUTO ....Le moustique casqué !!!


CLUB5A - LA SAGA DES MARQUES - CITROËN RÊVE DE PUISSANCE ...

À la sortie de la Première Guerre mondiale, pendant laquelle il a fondé et dirigé une importante usine de fabrication d'obus, le polytechnicien André Citroën décide de créer, en 1919, sa propre marque d'automobiles. 

 Il transforme son usine d'obus, complexe métallurgique construit en six semaines au printemps 1915 et situé sur l'actuel emplacement du parc André-Citroën, quai de Javel (actuel quai André-Citroën) dans le 15e arrondissement de Paris, pour la reconvertir dans la production de véhicules à moteur. Il absorbe le constructeur automobile Mors dont il est le directeur général administrateur depuis 1906, et industrialise le premier modèle de la marque : la Citroën Type A.

 Ce modèle est la première automobile européenne construite en série. La voiture bénéficie d'une publicité par le biais d'une affiche du dessinateur Mich. En 1919, il sort quotidiennement 30 voitures, pour un total de 2 810 véhicules et 12 244 en 19204. En 1924, Citroën commence une collaboration avec l'ingénieur américain Edward Gowan Budd, qui a travaillé depuis 1899 au développement des carrosseries tout en acier pour les voitures de chemin de fer, et pour de nombreuses marques d'automobiles (Dodge etc). En 1925, Citroën industrialise par ce biais la première carrosserie « tout acier » entièrement fermée en Europe.
 Le succès est au rendez-vous mais la concurrence industrielle est forte et implique un très fort développement créatif, technique et industriel. En 1928, après la montée en puissance des sociétés industrielles françaises à la Bourse, elles représentent pour la première fois 3 des 5 premières capitalisations françaises et Citröen est la cinquième, alors que Renault n'y figure pas.


Documentaire de la Marque automobile Citroën, du début à nos jours.....
Source : ABMOTEURS

lundi 22 mai 2017

CLUB5A - REPORTAGE AUTOS - BALADE AU MONT ST MICHEL, EN PEUGEOT 203,!!

Joséphine et ses 2 copines vous présentent leur 'épopée', à l'occasion d'un voyage, depuis le département du Nord, pour une rencontre de Peugeot 203, au Mont Saint Michel.
 Ce rassemblement a eu lieu pendant le mois de Septembre, sous l'égide de l'Association 203 Breizh-Normandie...
Source vidéo mapeugeot203

dimanche 21 mai 2017

CLUB5A - SORTIE MOTOS DU 14 MAI 2017 – 4eme RANDONNÉE AU PAYS DE SAULT - LE CLUB DES 5A SUR LES HAUTS PLATEAUX DE L'AUDE !!

Une trentaine de motards du club des 5A étaient au rendez-vous ce dimanche 14 Mai 2017 afin de découvrir ou de redécouvrir les petites routes du pays de Sault….. 
Des paysages fabuleux vallonnés et à quelques centaines de mètres d’altitude (environ 650 mètres)… 
Le rendez-vous était pris ce dimanche matin à 8h30 au café du Dôme où Régis, et Alain enregistraient tous les motards présents, au total 30 motos précisément (il faut rajouter à cela les accompagnateurs) 
 Bonne humeur virages à gogo et petites routes à souhait..Super paysages, cette route est tellement jolie et agréable et je dirai même plus taillée pour des motos anciennes…bref..le pied !! 

Cette année la météo nous à souris…Température estivale de saison « grand soleil » rien à dire nous avons été favorisé pour cette 4ème édition (je vous rappelle qu’il y a quelques années il neigeait…) 
Après quelques kilomètres en première partie de matinée, route ouverte par notre « homme » sécurité J-P FOLI que je présente plus. La pause-café s’imposait. Casse-croutes et boissons chaudes étaient les bienvenues sur la petite place de Bouriege !! 

Après avoir absorbé un bon café et quelques petits gâteaux nos motards repartaient en direction de ce pays de Sault, et nous pouvions admirer le paysage vallonné de cette région… Pour ce qui est de la fiabilité des motos ce jour-là, et bien nous devons préciser qu’il ni eut aucune panne…
Que celui qui prétend que les motos anciennes ne sont pas fiables et ne peuvent parcourir un long parcours d’un seul tenant ose parler de suite..Ou se taise à jamais !!! L’auberge le Relais du Pays de Sault à ESPEZEL à été exemplaire dans la qualité (et la quantité) du repas…bravo..que des plats maison et des produits locaux, certains établissements où nous « descendons de temps à autre peuvent en prendre de la graine !! (si je puis dire …) 

D’une manière générale, je pense que l’ensemble des motards présents était très satisfait du repas. L’itinéraire du retour s’est effectué sans encombre (à ma connaissance..) et comme convenu nous sommes redescendus sur le pays Carcassonnais.. 
Edition très réussie de cette 4ème randonnée du pays de Sault….merci Régis - Alain, sans oublier Jean-Pierre…et notre accompagnateur (voiture balaie) sans qui cette journée n’aurait pu être organisée.. 
Photo et texte P.L

CLUB5A- RESTAURATION MOTO - RESTAURATION D'UNE TRIUMPH BONNEVILLE 140V 1973...

La capacité de production de la 650 cc T120 Bonneville a été remplacé au début des années 1970 par le T140 Bonneville, la même machine de base , mais avec un moteur de 750 cc. Raffiné de la version ultérieure 'huile dans le cadre' de la T120, les premiers T140s, désignés T140V, en vedette un moteur de plus grande capacité de 724 cc, une boîte de vitesses et à cinq vitesses indicateurs , mais en conservant les freins à tambour et relancer. 

Peu après, le moteur a été plus porté à 744 cc et les freins à disque avant ont été équipés ( en utilisant des disques simples jusqu'en 1982). Bien que prévu à d'origine pour l'exportation  le jumeau Bonneville 750, a causé tant d' intérêt parmi les visiteurs des 1973,  Triumph a décidé de mettre le vélo sur le marché intérieur au prix de 679 livres sterling.En 1975, avec des modifications du moteur, le levier de changement de vitesse a été déplacé de droite à gauche pour se conformer aux nouvelles réglementations obligatoires pour le marché américain et un frein à disque arrière équipé. 
Plusieurs modèles T140 suivies avec diverses modifications et améliorations , y compris démarrage électrique à partir de 1980 jusqu'à ce que la production a cessé avec la fermeture de la Meriden travaille en 1983. 

Bien que cela aurait dû être la fin de la Bonneville, Triumph Motorcycles a été acheté par l' entrepreneur John Bloor , qui a autorisé une société appelée Racing pièces de rechange dans le Devon, géré par Les Harris pour fabriquer le T140 Bonneville. Ces motos de "continuation" sont connus comme le «Devon Bonnevilles», qui n'a pas atteint le marché jusqu'en 1985, et ne sont pas vendus dans la production des États - Unis...l'aventure  a pris fin en 1988.  
Source : Loscar Motorcycles

samedi 20 mai 2017

CLUB5A - A VOS AGENDAS - ROCK & CARS LES 10 ET 11 JUIN 2017 A LAVAUR 81


CLUB5A - DIVERTISSEMENT - LES PIN-UP - AUTOS ET MOTOS....

À la suite de l'apparition des premières photographies en France dans les années 1830, les premières images érotiques font leur apparition. 

Il s'agit alors de travaux dits académiques ou de photographies vendues à un prix très élevé au marché noir. Avec le perfectionnement des techniques de tirage des photos, la production de clichés érotiques augmente rapidement et leur prix diminue, mais ce commerce reste illégal et l'État condamne les photographes, les modèles et les distributeurs dès le milieu du xixe siècle. 
Malgré cela, la quantité de photographies érotiques et pornographiques continue d'augmenter et une partie de la production est même envoyée dans des pays comme l'Angleterre et les États-Unis. Avec l'arrivée de l'impression par point de trame en 1880, la reproduction de photos est grandement facilitée et les magazines érotiques font rapidement leur apparition. 

Les premières pin-up font leur apparition sous le nom de Gibson Girl et de Christy girl (du nom de leur créateur Charles Dana Gibson et Howard Chandler Christy). Le grand public, aussi bien masculin que féminin, accueille très bien ce nouvel « art » qui est la représentation de la femme libérée, à la fois sophistiquée et attirante. 


Dans les années 1930, les pin-up sont de plus en plus représentées et sont très régulièrement utilisées dans les pulps et les comics (Dirty comics). De nombreuses variantes apparaissent alors, notamment les « Vargas Girl » peintes à l'aérographe par Alberto Vargas pour le magazine Esquire, ainsi que les premiers « pin-up boys » créés par les dessinatrices Joyce Ballantyne, Pearl Frush ou encore Zoë Mozert. 

Mais c'est seulement au début des années 1940 que le mot pin-up est utilisé afin de décrire ces représentations accrochées aux murs. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les pin-up connaissent un très large succès, non seulement auprès de la population, mais surtout chez les militaires, notamment chez les G.I. 

Des représentations de pin-up étaient fréquentes dans leur paquetage et certains pilotes faisaient même peindre l'avant de leur avion à leur effigie, il s'agit alors de nose art. Un grand nombre de ces dessins et photos proviennent du magazine hebdomadaire Yank, the Army Weekly. Leur succès continue d'augmenter et durant les années 1950, commence l'âge d'or des pin-up, principalement aux États-Unis. On peut notamment citer Gil Elvgren, illustrateur emblématique de cette période. 
À cette époque, elles apparaissent sur des magazines, journaux, posters, calendriers ou des « cartes d'arts », petites vignettes à collectionner qui ont participé à leur popularisation. Les pin-up sont également appréciées des camionneurs qui apposent leur images en tôle découpée sur la calandre de leurs véhicules. Plusieurs de ces représentations sont d'ailleurs actuellement recherchées par les collectionneurs. 

 Le succès des pin-up continue jusque dans les années 1970, où elles sont mêmes utilisées dans la publicité, et même Coca-Cola les utilise pour faire la promotion de leur boisson. Mais suite à l'apparition des magazines érotiques et pornographiques comme Playboy ou Penthouse, la mode des pin-up disparaît progressivement au profit de photo de femmes nues de plus grande qualité. 

 On assiste depuis quelque temps à un regain d'intérêt pour ces égéries des années 1950 avec l'arrivée de modèles célébrant cette époque. La mode, les magazines, les artistes remettent le style pin-up au goût du jour. Certaines modèles comme Dita von Teese font d'ailleurs de ce courant leur marque de fabrique.

Source : little1boudha.skyrock.com/ TvojLicniHarlekin