samedi 9 février 2019

CLUB5A - REVUE DE PRESSE - Harley-Davidson, le démon s'assagit !!

La célèbre firme de Milwaukee fait sensation au concours de sports extrêmes «X Games» d'Aspen, en présentant deux concepts de deux-roues électriques sans permis. Pourra-t-on demain enfourcher une Harley-Davidson sans avoir besoin de permis de conduire? Ce n'est pas exclu. La marque de Milwaukee dont l'image est associée aux «choppers», aux têtes de mort, à la Route 66, mais aussi aux vibrations du fameux moteur V-Twin, s'essaie à un nouveau genre. À faire frémir les «bad boys» habitués des grosses cylindrées et des moteurs pétaradants. Ils ont dû être surpris. Les engins présentés ne laissent échapper aucune sonorité et ne seront pas les meilleurs compagnons du monde pour se lancer à l'assaut des interminables routes américaines. 

Alors que les têtes de mort brillent par leur absence, ces deux machines sont électriques, et «ne nécessitent pas de permis». Ce qui veut certainement dire qu'ils sont équivalents à des 50 cm3 à essence, une grande première pour Harley-Davidson. Ces deux machines dépouillées préparent l'arrivée en concessions de la Livewire. Cette dernière est aussi un modèle électrique mais il s'apparente à une grosse cylindrée et propose des performances décoiffantes avec un 0 à 100 km/h annoncé en 3,5 secondes. Des chiffres qui sont à des années-lumière de ceux que peut revendiquer une machine «sans permis». Alors que reste-t-il à ces prototypes? Le but du projet serait d'attirer des conducteurs débutants en proposant des motos plus accessibles. Pourquoi pas. Encore faudrait-il que l'on puisse identifier ces machines comme des productions de la célèbre marque américaine au premier coup d'œil. 

Alors que la Livewire a une personnalité qui lui est propre, son dessin évoque tout de suite la griffe Harley-Davidson. Ce n'est pas le cas des deux concepts d'Aspen, qui tournent le dos aux codes de Milwaukee. Le premier ressemble en tout point à un vélo électrique customisé. Le second nous évoque une interprétation futuriste du Honda Zoomer, mais il faut admettre que le guidon et les roues rappellent un peu le style des «choppers». Les repose-pieds ressemblent trait pour trait à des planches à roulettes. Les ingénieurs du constructeur américain semblent toutefois avoir pris en compte le problème de la recharge. 

Premier bon point: la batterie a été développée pour être amovible, ce qui permettra de la charger dans son appartement. Seconde bonne nouvelle, d'apparence, les deux modèles semblent légers, ce qui laisse présager un beau score en ce qui concerne l'autonomie. Que les fanatiques de la marque se rassurent, ces engins ne sont que des prototypes. Mais Harley-Davidson semble bien décidé à se diversifier afin d'attaquer de nouveaux marchés et conquérir une nouvelle clientèle, sans doute plus citadine. Il est intéressant de se demander à quel prix pourraient être proposés de tels engins. Un tarif probablement élevé, puisque les machines électriques ne sont pas bon marché, tout comme les réalisations de la firme de Milwaukee en général. La Livewire, pour sa part, sera vendue 33 900 €.
Source : lefigaro.fr - Merci DAVID SARDA pour le suivi de l'info...