lundi 10 avril 2017

CLUB5A - CULTURE PUB - LA CITROËN GSA...UN SUCCÈS COMMERCIAL !!

La Citroën GS / GSA est une voiture fabriquée par Citroën à 2,5 millions d'exemplaires, de 1970 à 1986, dans l'usine de Rennes-La Janais (Ille-et-Vilaine). Il s'agit de la voiture la plus vendue par Citroën après la 2 CV et l'AX. Le nom GS provient de son nom d'étude, « projet G », devant être décliné en version moteur 4-cylindres à plat type GX et moteur rotatif type GZ. Elle a remporté le trophée européen de la voiture de l'année en 1971. 1978 est l'année où le nombre de GS produites est maximal avec 259 787 exemplaires3. En 1973, 1975 et 1978, la Citroën GS fut la troisième voiture la plus vendue en France (première dans sa catégorie en 1978).  

Dès l'année 1960, un prototype dénommé C60, dessiné par Flaminio Bertoni et répondant au cahier des charges de la GS est construit. Présenté comme berline, ce véhicule ressemble à une Ami 6 avec un avant esthétiquement proche de la DS. 
Ce qui frappe le plus est la ligne arrière qui se termine par une lunette inversée en forme de Z qui donnera naissance un an plus tard à la berline Ami 6. Le moteur de la C60, un 4-cylindres à plat refroidi par air dérive des 2 CV et Ami 6, il est également culbuté. 

Ce premier projet de voiture moyenne est cependant abandonné alors qu'il semblait assez avancé. 
Un prototype C60 est encore aujourd'hui conservé par Citroën. La GS est une berline bicorps (compartiment moteur + habitacle à trois glaces latérales, ce qui en fait précisément une limousine) de moyenne gamme à tendance familiale, avec des lignes profilées. 

C'est une traction avant avec le « moteur boxer série G » 4-cylindres à plat (« flat four », en anglais), avec bloc et culasses en aluminium et refroidi par air. Ce moteur à plat adopte, pour un meilleur équilibrage, la conception boxer du vilebrequin, dans laquelle les pistons opposés se trouvent simultanément au point mort haut. 
La GS est la première voiture française homologuée à l'essai de choc (crash test) et également la première à disposer de glaces latérales galbées. 
Elle est dotée d'une centrale hydraulique agissant sur les quatre freins à disque, et la suspension hydropneumatique simplifiée est dérivée de la DS. Le train avant est à parallélogramme déformable transversal avec le pivot de direction dans l’axe de la roue (ce qui élimine les efforts latéraux transmis à la direction par les roues : la direction ne reçoit plus que des efforts verticaux, sans incidence sur la tenue de cap), tandis que le train arrière est à bras tirés. 

Pour réduire les mouvements de caisse, que certains reprochaient à la DS, la GS bénéficie aussi d'une géométrie anti-plongée du train avant, obtenue par une inclinaison particulière des bras de suspension avant. 
Ces solutions technologiques combinées confèrent à la voiture une supériorité en tenue de route et en confort. Les freins avant sont de type inboard, c'est-à-dire accolés à la boite de vitesses, allégeant d’autant les roues d’une masse non suspendue. 
 Source : CXPallas1983