lundi 27 février 2017

CLUB5A - LE SAVIEZ-VOUS ?? - LE MYSTÈRE DE LOUIS RENAULT ...

Louis Renault, né le 12 février 1877 dans le 8e arrondissement de Paris et mort le 24 octobre 1944 dans la prison de Fresnes près de Paris, est un inventeur français, pilote de course et chef d'entreprise pionnier fondateur emblématique de l'industrie automobile française avec l'empire industriel Renault. Avec son entreprise, il contribue intensivement à l'effort de guerre durant le conflit de 1914-1918. 

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, accusé de collaboration économique avec l'occupant, il est arrêté en septembre 1944, meurt en détention le mois suivant. Son procès n'a donc pu avoir lieu. Son entreprise est saisie et nationalisée par le gouvernement provisoire de la République française.
 
En 1939, les usines de Billancourt sont parmi les premiers fournisseurs de matériel de guerre pour l'armée française21. En mai 1940, Louis Renault s'envole pour les États-Unis afin d'y accélérer la production de chars de combat dans le but de résister à l'avancée allemande. 

 Pendant son absence, une grande partie du territoire français est occupée par les troupes allemandes. Ses usines sont réquisitionnées par la Wehrmacht et, une fois qu'il est de retour à Paris, deux ateliers, détachés de l'usine, sont contraints de réparer des chars de combat (Renault), à la suite d'un accord intervenu entre François Lehideuxj, le baron Petietk et le ministre allemand Schmidt. Mais François Lehideux quitte ensuite Renault pour prendre à la demande du régime de Vichy des fonctions de coordination de l'industrie automobile. En mars 1942, les bombardements alliés frappent l'usine et ses riverains, faisant 500 morts et 2 000 blessés à Boulogne-Billancourt. 

Louis Renault, de retour de ses vacances à Saint-Moritz, décide de reconstruire, et, de fait de maintenir de la production sur le site de Boulogne-Billancourt, pour les Allemands, même si le niveau d'activité est bien inférieur à celui constaté dans l'entre-deux-guerres. Son degré d'implication dans la collaboration avec l'occupant a donné lieu à des débats entre historiens, avec des thèses très différentes, d'Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université Paris VII, spécialiste de la collaboration et militante marxiste-léniniste, qui dénonce les tentatives de réhabilitation de l'industriel, aux points de vue de Laurent Dingli qui s'est employé à fournir des éléments historiques pour cette réhabilitation, et qui est par ailleurs le mari de la petite-fille de Louis Renault. 

Après la libération de Paris, il est accusé de collaboration. Un mandat est délivré contre lui le 19 septembre 1944 pour « atteinte à la sûreté extérieure de l'État ». Le 23 septembre 1944, malade, il se rend librement à la convocation d'un juge qui l'inculpe et le fait aussitôt incarcérer à la prison de Fresnes. Il meurt un mois après son incarcération le 24 octobre à l'âge de 67 ans. Selon sa famille, l'industriel serait mort des suites de mauvais traitements que lui auraient fait subir ses gardiens. Selon les documents aujourd'hui ouverts à la recherche, et selon l'historien américain Herbert R. Lottman, le décès est la suite de la maladie dont il souffrait déjà au moment de son arrestation. 

 Son épouse ayant déposé une « plainte contre X » pour assassinat, l'instruction de cette plainte, menée en 1956-1957, a débouché sur un non-lieu et n'a pas apporté la confirmation des soupçons émis par la plaignante. Louis Renault est inhumé à Herqueville dans l'Eure dans le village où il avait une propriété. 
Source : Investigations et Enquêtes/France2