dimanche 13 novembre 2016

CLUB5A - MOTO DE LÉGENDE - LA 500 CLASSIC ENFIELD BULLET - LA MOTO CONTRE L'ASEPTISATION GÉNÉRALE...

Témoignage : j'ai toujours aimé rouler sur des motos "exotiques", ou du moins peu communes. Il y a quelques mois, j'ai franchi un nouveau pas dans cette direction en achetant d'occasion une nouvelle moto : une Royal Enfield 500 Bullet Classic. Mais plutôt que viser plus de puissance, de vitesse, de confort, de prestige et de sophistication, j'ai visé le contraire, à savoir la frugalité. Plutôt que multiplier les cylindres, d'augmenter la cylindrée, de faire le jeu de la surenchère technologique, j'ai fait le pari de rouler sur un moto "à l'ancienne" à défaut d'être vraiment ancienne. J'ai fait le pari de rouler sur une moto d'origine anglaise fabriquée à Madras, en Inde du Sud. 

 La Royal Enfield 500 Bullet est simplissime : un seul cylindre de 500cc, refroidissement par air, un frein à disque à l'avant, et c'est tout ! Il faut dire que la Bullet est produite depuis 1949... et cela se voit : Évidemment, sur le tableau de bord, point d'afficheurs à cristaux liquide et encore moins de GPS. Il faudra se contenter de compteurs à rouleaux (avec un compteur partiel, tout de même) et d'un témoin lumineux faisant office de jauge. Frugalité, vous dis-je ! La caractère moteur est à la hauteur du plumage : charmant et rustique à la fois. 

La puissance est très correcte à bas-régime, grâce à un moteur à longue course. Par contre, le moteur n'incite guère à monter dans les tours : la puissance n'augmente que peu, à l'inverse des vibrations qui deviennent pénibles. Du coup, la vitesse de croisière est aux alentours de 90km/h, et la vitesse de pointe à peine supérieure à 120km/h. C'est le genre de moto qui m'évitera de perdre les points de mon permis ! Mais l'absence de hautes performances ne doit pas faire oublier que la 500 Bullet donne le sourire dès qu'on la voit, et plus encore quand on roule dessus, même à petite vitesse ! 
Il faut dire qu'avec 28 chevaux seulement... Mais malgré son air ancien, la 500 Bullet ne m'a jamais laissé en panne au bord de la route, malgré une utilisation essentiellement urbaine, donc exigeante. Seules concessions à la modernité : l'injection et le pot catalytique, lui permettant de respecter les normes environnementales en vigueur. 

A l'heure où sécurité routière rime trop souvent avec la répression outrancière, la Royal Enfield 500 Bullet Classic démontre brillamment que vitesse et débauche technologiques ne sont pas nécessaires pour avoir un grand sourire sous le casque : il suffit de rouler différemment, le nez au vent, en respectant les limites et la mécanique, à l'écoute du moteur et de ses vibrations.

Du chrome pour la Royal Enfield Bullet 500 Classic en 2016 ! Si ce millésime 2016 étrenne juste de nouveaux coloris, c'est l’occasion de redécouvrir la seule vraie ancienne tout juste adaptée aux contraintes de la modernité. Et qui garde en cela un caractère inimitable et recherché. Une moto faite pour les épicuriens et qui prend aujourd'hui sa revanche sur l'aseptisation générale.
Source : MOTOR LIVE / http://standblog.org/