samedi 19 novembre 2016

CLUB5A - IMAGE D'ARCHIVE - LES FOUS DU VOLANT - HISTORIQUE DES DÉBUTS DE LA COMPÉTITION AUTOMOBILE

La compétition automobile est un sport où des pilotes au volant d'automobiles s'affrontent lors de courses réglementées, en différentes formules et catégories, sur circuit, sur route ou sur piste. La compétition automobile comporte nombre de disciplines et d'épreuves incontournables. La plus prestigieuse des catégories sur circuit est sans conteste la Formule 1, qui se court en monoplaces, mais il existe de nombreuses autres catégories. Parmi les plus connues, on peut citer la Nascar et l'IndyCar (avec l'épreuve mythique des 500 miles d'Indianapolis) aux États-Unis ou l'épreuve d'endurance non moins mythique des 24 Heures du Mans en France. 


Sur routes et pistes, on trouve le championnat du monde des rallyes (avec la célèbre épreuve du rallye automobile Monte-Carlo, créée en 1911), mais aussi des épreuves de rallye-raid, dont la plus connue est le Rallye Dakar. En dehors des engins conçus exclusivement pour la course il existe diverses catégories de voitures de tourisme ou grand tourisme. Plusieurs fédérations internationales et nationales gèrent les nombreuses courses qui sont divisées en catégories et formules suivant le type d'automobile, la puissance et le type du moteur, le terrain sur lequel la course se dispute et, dans certains cas les personnes qui y participent (âge, niveau, poids, sexe).

Les premières épreuves en France tenaient plus du défilé que de la course réelle, entre Neuilly-sur-Seine et Versailles (depuis 1887)1 ou de la randonnée comme celle organisée par le quotidien parisien Le Petit Journal de Paris à Rouen en 18942 : 102 concurrents sont inscrits, seuls 21 prennent le départ. Le concours récompense les véhicules répondant à trois critères : « sécurité », « commodité » et « bon marché relatif ». Le premier prix de 5 000 francs est partagé entre « Panhard & Levassor » et « les fils de Peugeot frères ». 

 L'année suivante, la première véritable course automobile est organisée : c'est Paris-Bordeaux-Paris. Vingt-et-un (ou 22, selon les sources) véhicules au départ pour neuf à l'arrivée. Émile Levassor finit le premier l’épreuve le 15 juin sur une Panhard en 48 heures et 48 minutes ; mais il était inéligible au premier prix car sa voiture était une deux places alors que le règlement exigeait un minimum de quatre places avec autant de passagers que de places. Ce fut une Peugeot conduite par Paul Koechlin qui gagna en 59 h 48. En juillet 1896, l'automobile club de Belgique organise la première compétition automobile du pays, le meeting de Spa. En octobre 1896, Paris-Marseille-Paris est au programme, et la mode des raids ville à ville s'impose comme le format classique de la course automobile. 

L'accident d'Émile Levassor dans cette épreuve ne remet pas en cause ce principe. Dès le 7 septembre 1896, pourtant, une première course automobile sur circuit a lieu aux États-Unis, à Rhode Island, à Narragansett Park (en), sur un ovale de terre d'1 mile habituellement utilisé pour les courses de chevaux3. En 1900, James Gordon Bennett junior, grand pourvoyeur de trophées sportifs divers, fonde un challenge pour la course automobile : la Coupe automobile Gordon Bennett. Le règlement de ce challenge est établi par l'Automobile Club de France, fondé en 1895 et, stipule le caractère international de l'épreuve. Ainsi, le challenge prévoit que l'épreuve se déroulera dans le pays du vainqueur de l'année précédente. 

C'est la nationalité du constructeur automobile qui compte, pas celle du pilote. La première édition (1900) se court entre Paris et Lyon et, voit la victoire du pilote français Henri Fournier sur une Mors. En 1902, c'est le Britannique Edge qui s'impose ; l'édition 1903 se déroulera en Irlande du Nord. L'Allemagne (1904), puis la France (1905) organisent les éditions suivantes suite aux victoires de leurs automobiles. La formule de la Coupe Gordon Bennett atteint rapidement ses limites car elle impose des présélections. Les constructeurs français, très nombreux, parviennent toutefois à faire abroger la limite des trois voitures maximum par pays. L'appellation « Gordon Bennett » est abandonnée, place à la « Coupe de l'ACF ». L'appellation « Grand Prix » désigne une épreuve automobile de prestige. 

Ce terme est d'abord utilisé pour les courses de chevaux ou les épreuves cyclistes de par la récompense remise aux vainqueurs. En 1901, est organisé le Grand Prix du Sud-Ouest : disputé aux alentours de Pau, il compte comme étant la première édition du Grand Prix de Pau. Suite aux très nombreux accidents qui marquèrent la course Paris-Madrid en 1903, l'ACF et les autorités civiles imposent la tenue de l'épreuve sur circuit. Le Mans fait acte de candidature, et la ville qui vit naître la première voiture commercialisée (Amédée Bollée) reçoit le premier Grand Prix de France (alors Grand Prix de l'ACF) en 1906 sur un circuit de 103,16 km. Contrairement aux courses de ville à ville, toute circulation est interdite sur ce secteur routier. Pour contourner certains villages, les organisateurs mettent en place des déviations en bois. De plus, on goudronne « à chaud » le circuit, mais sur certaines portions, ces travaux s'avèrent décevants. Ces travaux coûtent fort cher, et le bilan financier du Grand Prix est catastrophique. 

On délocalise ainsi les éditions 1907 et 1908 sur le petit circuit de Dieppe, nettement moins coûteux. Britanniques, Belges et Allemands mettent également en place des compétitions annuelles plus ou moins comparables au Grand Prix de France, constituant les premières bases d'un véritable calendrier d'épreuves. Les grands raids prennent naissance dès 1907. Le quotidien parisien Le Matin soutient ainsi le premier d'entre eux : Pékin-Paris. Aux États-Unis, la première édition des 500 miles d'Indianapolis a lieu en 1911. Cette même année, le Rallye automobile Monte-Carlo voit le jour. Les 24 Heures du Mans, épreuve d'endurance de référence, se déroulent pour la première fois en 1923. Le premier Grand Prix de Monaco se dispute en 1929. 
  Source : kohli79