samedi 27 février 2016

CLUB5A - MOTO DE LÉGENDE - LA 1000 KAWA ...LA FIN D'UNE DYNASTIE ??


Kawasaki Z 1000 mod. 1977 - Fin de dynastie ?

Aujourd'hui pilier de la nouvelle gamme Kawasaki, la Z 1000 1ère du nom fut en 1977 la plus grosse Japonaise disponible sur le marché (brièvement). Son allure bien sage contrastait pourtant avec ses performances... 

 Quand Kawasaki présente la Z 1000 au salon de Cologne en septembre 1976, la firme poursuit trois objectifs : relancer à moindre coût la carrière de la Z 900 (née Z1 fin 72), aligner la plus grosse des Japonaises (pour 16 cm3 de plus que la Honda GL 1000 Gold Wing) et gagner du temps, le lancement de la Z 1300-6 ne devant pas se faire avant 1978. À la fin des seventies, trois constructeurs se partagent le marché des gros cubes : Honda, BMW et Kawasaki ! 
La Z 1000 succède alors à la Z1 (1973) et à la Z 900 (1976). Sa présentation reprend celle de la Z 900, dont elle conserve l'essentiel des pièces. La cylindrée passe de 903 à 1 015 cm3, par une simple augmentation de l'alésage des cylindres. Kawasaki ne vise pas la puissance mais la souplesse, et un grand confort de conduite grâce à un couple généreux - quasi constant de 4 000 à 7 000 tours. 

La Z 1000 se veut aussi plus silencieuse avec des carters moteur renforcés (+ 2,6 mm) et un nouveau système d'échappement 4/2 - qui la différencie esthétiquement de la 900. De nouveaux carbus diam. 26 mm lui permettent en théorie de se montrer plus sobre que sa devancière. La finition est en progrès : les faisceaux des commodos passent à l'intérieur du guidon, elle offre une boîte à fusibles repérés, un amortisseur de couple dans la roue arrière, etc. Ainsi la super sportive Z1 s'est muée en confortable routière offrant de la réserve. C'est donc une moto arrivée à maturité dont les Français disposent à partir de janvier 77.

 La mille s'est embourgeoisée et alourdie : son poids est passé de 230 à 245 kg. L'empattement allongé et la colonne de direction renforcée ont eu des effets bénéfiques sur la tenue de cap, mais la Z 1000 n'est ni agile en roulant, ni maniable à l'arrêt. Quant à ses qualités routières, sa tenue de route et son freinage sont alors dépassés (même si elle gagne un frein arrière à disque). Aujourd'hui, le constat est moins sévère : son remarquable moteur compense sa relative inertie ; sa ligne classique indémodable, sa profusion de chromes et son excellente finition plaident pour elle. 

Sa consommation d'huile est légendaire, en contrepartie sachez que les sièges de soupapes des Z 900/1000 étaient déjà traités pour le carburant sans plomb à l'époque ! Et pour résoudre les petits problèmes d'allumage (fréquents), il existe maintenant des kits allumage électronique de conception moderne, qui améliorent la souplesse et le démarrage. Moins recherchée que la 900 Z1 La Z 1000 ne dura que deux ans, épaulée dès 1978 par la Z1000 Z1R à vocation sportive, puis remplacée en 1979 par les nouvelles 1000 MK2 et ST (version cardan). 
Aujourd'hui moins recherchée que la Z1, la Z 1000 n'en reste pas moins un excellent choix pour la balade et les sorties du week-end, ceci avec une bonne fiabilité. Production : 1976-1978 Modèle Z 1000 A1 (1977) : coloris bordeaux ou azur, filets dorés Fin 77, modèle A2 avec les étriers derrières les fourreaux et un nouveau maître-cylindre. 
Coloris vert ou rouge, larges filets dorés Cote : de 2 000 à 7 000 € selon état .....

 Source : Kanal von Br0kerDaddy / Moto-Station 

Aucun commentaire: