jeudi 14 janvier 2016

CLUB5A - VOITURE DE LEGENDE - LA DÉESSE DE LA ROUTE !!


Truffée d’innovations, la «soucoupe roulante» de la marque aux chevrons démoda toutes les voitures de son époque. Une véritable soucoupe roulante ! 
Au Salon de l’au­tomobile d’octobre 1955, Citroën crée l’événement avec la DS 19, dont l’apparition relègue soudain tous les autres modèles de l’époque au rang de dinosaures. Autour de son stand, l’attroupement est énorme. 

Au premier soir, le constructeur a enregistré 12 000 commandes ! Silhouette aérodynamique, ab­sence de calandre, immenses surfaces vitrées, capot en alu, toit en fibre de verre : la DS était révolutionnaire, et cela crevait les yeux. Avec sa planche de bord épurée, son volant mono­branche et ses clignotants arrière à hauteur du toit, elle s’apparentait à une sculpture soignée dans les moindres détails. 


Grâce à l’ins­piration du styliste Flaminio Bertoni, l’automobile de série rejoignait l’art ­futuriste. ­Nommés par Miche­lin à la tête de sa filiale Citroën, Pierre Boulanger (qui se tua sur la route en 1950), puis Pier­re Bercot avaient réussi à rem­pla­cer la géniale Traction par une voiture tout aussi innova­nte. 

La ­longue et difficile gestation de la plus belle routière française avait commencé en 1938 avec le ­projet VGD (pour Voiture de Grande Diffusion), destiné à concevoir le modèle qui allait succéder à la Traction. Mais la guerre l’interrompit et, à la Libération, Citroën donna la priorité à la 2 CV. 
Quand les études sur la VGD reprirent, sous la houlette d’André Lefèbvre, le constructeur pri­vilégia d’abord la recherche d’une tenue de route optimale, associée à un grand confort de suspension. 
 Source : Igor Magès / france5 / capital.fr/enquetes/histoire-eco

Aucun commentaire: