samedi 31 octobre 2015

CLUB5A - TOUR DE L'AUDE 2015 - TÉMOIGNAGE - TRAVERSER LA FRANCE EN NERVASPORT !!

On parle beaucoup de Renault d'avant guerre ces temps-ci et, en tant qu'animateur du forum "Les Renault d’avant guerre » je me permets d’attirer votre attention sur le périple estival accompli par une-Nelvasport 1935. 
Comme quoi, il y a quand même des Renault multicylindres qui roulent. 
 Nous reproduisions donc de larges extraits du compte rendu de périple : Depuis dix ans, je participe au rallye de Carcassonne. Cette année, j’ai décidé de faire la route aller-retour depuis la Belgique avec mon cabriolet Nervasport, soit deux fois 1 000 km"' qui se Solderont en fait par 2 841 km en dix jours. 
1ere étape : Quéwi (B)-Chablis' 380 km' Temps superbe, route pas trop encombrée. ‘Avant Laon' première alerte : plus de puissance. Je décide de poursuivre et de réfléchir. Première réflexion : c'est foutu, je vais avoir l‘air malin devant les amis. ils m'avaient bien dit que jamais ce tacot de plus de 80 ans ne supporterait un tel voyage ! 
Deuxième : non, il faut se dépanner ! 
Aucun bruit suspect' ce n'est donc pas une casse Mécanique. 
Je ne crois pas à un problème d'alimentation d’essence. Les bougies ? 
Elles sont neuves,3 ou 4 n'ont pas pu lâcher en même temps. Condensateur ? 
Pas de pétarades dans l’échappement. 
ll n'y a plus que la bobine, neuve, mais pas Infaillible. De fait, le fil baigne dans I ‘huile, elle fuit par le dessus .
Peut être la chaleur ? 
 Evidemment, les outils sont au fond du spider, sous les bagages, il faut tout vider. La bobine remplacée, il faut tout vider. La bobine remplacée, la NERVA, redémarre à la première sollicitation et crache sa puissance. 
Ouf ! Bientôt la chaleur est digne des forges de BILLANCOURT, les blés mûrs brillent, que la France est belle ! 
- 2éme étape : Chablis-Aurillac : 500 km. L’étape la plus dure, très longue, et très, très chaude ! 
Clermont-Ferrand est truffée de feux rouges jamais synchronisés. L’emballage et les pignons de première lui disent merci ! Passé Saint Nectaire. nous voilà perdus : pas de panneau, pas âme qui vive. La Nerva est bouillante et nerveuse et marque sa désapprobation à chaque demi-tour en grinçant des dents. Je m'inquiète pour le carburant, pas une pompe à 
I‘horizon à force de rouler, nous nous retrouvons à Super Besse Nous n'avions pourtant pas prévu l'équipement de ski. Mais il fait moins chaud la nerva respire mieux, et une station service apparaît. 
Les lacets sur la route de Riom-les Montagnes sont le plus beau secteur de ce voyage. Nous atteignons Aurillac, crevés, à 21h30. 

- 3" étape : Aurillac-Carcassonne : 280 km. Du côté de Villefranche-de-Rouergue, Cordes-sur-ciel, Ie temps est lourd, les coups de soleil commencent à se faire sentir nous espérons un orage rafraîchissant, mais rien ne Vient. Nous Consommons plus d'eau que la Nerva, très sobre. Et sommes accueillis par une horde de Belges arrivée par le vol Charleroi-Carcassonne, leurs voitures par camions. Bien sûr' nous avons droit à une foule de questions, les septiques ont du mal à admettre qu'une Renault, ça roule ! 
- 12et 15 juillet, rallye Carcassonne-Auch et retour, 520 km. La Nerva a un comportement bizarre, comme des rafales de vent imaginaires. Les rotules de direction ? Le pneu arrière gauche semble un peu dégonflé. Et dès que je rétablis la pression, l'air s'échappe. 
Je finis à plat, il n'y a plus qu'à mettre la roue de secours et chercher un garage. Jojo, du club audois des 5.A me conduit chez le spécialiste local du pneu et me fait rattraper le rallye par des routes connues de lui seul, mille mercis. C'était la valve ta fautive, partie comme un obus ! 
Sans doute la vieillesse et Ia chaleur, pourvu que les autres tiennent. A Auch c'est l’embrayage qui commence vraiment à m'inquiéter ! Plus la garde Augmente et moins il débraye ! 
Pas logique, et bonjour les grincements de dents ! 
 Je monte l'auto sur un pont mais ne peux en disposer assez longtemps. 
Le problème teste entier - 1 étape de retour : Carcassonne – Brive la Gaillarde : 300 km. L’objectif est d'aller à la bourse d'Uzerche le lendemain matin, Bruno Vendlesse nous y rejoint. 

- 2" étape : Brive – Pouligny Notre-Dame : 226km' En fonction du temps passé à la bource, nous ferons étape entre Limoges et Bourges. La route est très pittoresque' ombragée. Bizarre, je dois laisser le starter. 
Je me rends à l'évidence : un gicleur est bouché. J'ai fait le plein la veille dans une station mal entretenue, i ‘espère ne pas avoir avalé de crasses dans le réservoir ! 
Je m'arrête, lève le capot mais repars : je n'ai aucune envie de démonter le carbu ! Bien m'en a pris : 500 m après, tout redevient normal' Profitant de la fraîcheur, la Nerva tire comme un avion. Mais nous ne verrons pas Bourges ce soir, nous nous arrêtons chez des amis, le garage Marc Fournier. Dame. Bonne idée, demain, je réglerai l‘embrayage sur son pont. 
- 3ème étape : Pouligry - Quévy : 635 km. Surprise, le pneu arrière gauche est encore dégonflé. Et comme à Auch, la valve fuse comme une balle de fusil lorsque que je tente de regonfler. Heureusement, elle ne touche personne. C’est une chambre en 45'. Marc téléphone, m'envoie chez un spécialiste nous convertissons ensemble les millimètres en pouces, le mécano remonte la chambre neuve, je suis prêt à partir. Bourges est vite atteint, I ‘embrayage fonctionne parfaitement, je suis rassuré pour mes pneus. 
Mais Clamecy est au bout d’une longue ligne droite de 100 km au paysage monotone. 
A éviter en ancienne ! Nous arrivons à Laon à 21 h, la nuit tombe nous avons faim. Nous plongeons dans un fast-food avant d’avaler la centaine de kilomètres. Rouler la nuit, sur une route que l’on ne connait pas avec de la pluie par moments n'est vraiment pas amusant ni sécurisant. 
Les automobilistes vous aveugles avec leurs puissants phares dans la figure. À 1h30 du matin, nous sommes chez nous, épuisés mais fiers. La Nerva émet quelques bruits suspects, mais une bonne révision va la requinquer. 
Christian l‘avait bien préparée pour ces 2 841 km. 
Quelques chiffres et impressions : Consommation essence: entre 16 et22l/100km (SP 98 additif) 
Huile: 1,51/400 km Eau : 1,5 l/Jour 
Pneus : usure AV quasi nulle, A.R assez prononcée 
 Chambres à air: J'en prendrai cinq neuves au prochain voyage. 
Direction : pénible en manœuvres, précise en roulant. 
Freinage : aucun problème malgré des situations d’urgence, pas touché aux réglages. 
Tenue de route : très correcte, train AV assez neutre, train arrière tendance à se vautrer ! 
Suspension-confort : plus que satisfaisant, pas de mal de dos ! Juste peu d'espace pour les iambes. 
Éclairage : franchement pas terrible Essuie glace : nul, mieux vaut ne pas s'en servir !
Philippe PREBAUT


LA VIE DE l’AUTO N'1682 / 24 septembre 2015/Guillaume BONAFOUS-MURAT 
Enregistrer un commentaire