jeudi 4 juin 2015

CLUB5A - SPORT AUTO - LES PILOTES DE RALLYES AUTOMOBILES .....


Un équipage de rallye est composé d'un pilote et d'un copilote. Le copilote étant là pour annoncer les notes que l'équipage a pris lors des reconnaissances. Les reconnaissances se définissent de la manière suivante : l'équipage (pilote et copilote) passe sur les différentes spéciales pour prendre des notes, c'est-à-dire noter comment se présentent les différents virages. 

Ces reconnaissances sont faites avec des voitures de série, souvent quelques jours avant le départ du rallye. Lors des reconnaissances la vitesse est très souvent limitée (le plus souvent à 50 km/h), et le nombre de passages de reconnaissance pour une même spéciale est limité, variant selon les rallyes. En mondial on va même jusqu'à installer des balises GPS pour vérifier que cette limitation est respectée.

Le pilotage se différencie du pilotage sur circuit par la nécessité d'une capacité à l'improvisation, l'état de la piste n'étant jamais parfaitement connu. Le contrôle de la voiture au-delà des limites d'adhérence est donc en général primordial (il est moins important sur macadam). 

Dans ces conditions, les pilotes finlandais, peut-être habitués à la conduite sur leurs routes nationales souvent couvertes de gravier ou glace, ont souvent tiré leur épingle du jeu: en janvier 2012, ils détiennent 13 des 33 titres de pilotes en championnat du monde. La France suit avec 10 titres (dont 9 pour Sébastien Loeb), l'Italie, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Suède et l'Espagne avec 2 titres, et la Norvège avec un titre.
Des femmes ont couru des rallyes de championnat du monde (Marie-Claude Beaumont, Louise Aitken-Walker, Minna Sillankorva, Eija Jurvanen, Christine Driano, Isolde Holderied...), et en ont gagné (Pat Moss gagna le dernier véritable Liège-Rome-Liège en 1960.

 La plus connue est Michèle Mouton, qui est la première pilote professionnelle, et la première femme à gagner un rallye du championnat du monde 'moderne', au San Remo en 1981, sur une Audi Quattro. Elle rate de peu le titre de championne du monde en 1982, titre qui est remporté par Walter Röhrl. Les femmes pilotes en championnat du monde restent rares; Michèle Mouton témoigna que la cohabitation était parfois difficile avec les autres pilotes, ainsi qu'avec les spectateurs qui la considéraient comme une « bête de foire »

Source vidéo : Thierry Bruder