dimanche 8 mars 2015

CLUB5A - REPORTAGE MOTO - LE 8 MARS JOURNÉE DE LA FEMME ........CAFÉ-RACER MOTO GIRLS !!


Quelques chiffres français ? La population de motardes « actives » (c’est-à-dire conductrices d’une moto ou d’un scooter de plus de 125cc) est passée de 5 à environ 15% ces dix dernières années. On voit plus souvent qu’avant des filles entre 20 et 35 ans, en général en roadster, accompagnées ou non d’un conjoint en sportive. Parfois, c’est (même, oserais-je dire) l’inverse. Après 35 ans, comme pour les hommes, on voit plutôt les motardes sur des customs ou des routières. 
Pour rappel, en 1970 (le service national des examens du permis de conduire ne dispose pas de chiffres plus anciens), les femmes représentaient 1,5% des permis moto : 422 femmes pour 26.707 hommes ayant obtenu le permis A cette année-là.

 

En 1980, elles représentaient déjà 9,8% des nouveaux motards : 7.255 femmes pour 66.476 hommes. En 1990, elles étaient 8.345 à l’avoir réussi, soit 8,9 % des 93.348 nouveaux détenteurs d’un permis A. 

 C’est dans les années 1990 que le chiffre passe la barre des 10%. En 2000, elles représentent 11,5% des permis A, avec 11.690 nouvelles motardes pour 90.028 hommes. 
Ce chiffre reste depuis assez stable, toujours entre 11 et 12%, mais la population de motardes augmente régulièrement en valeur absolue : 11.341 motardes, soit 11,8% en 2006 ; 11.733 soit 11,02% en 2007 ; 13.016 soit 11,86% en 2009… 
Une étude sur le parc des deux-roues motorisés de l’association professionnelle GEMA Prévention, conduite du 7 mai au 18 mai 2009 auprès des conducteurs de deux-roues motorisés (50 cc et plus) âgés de 15 ans et plus, montre qu’un conducteur de deux-roues sur quatre est une femme. 

 L’enquête met en évidence que les femmes… … conduisent des petites cylindrées et des scooters : Une femme sur deux conduit une très petite cylindrée : en effet, 48% d’entre elles sont conductrices d’une cylindrée de 80 cc ou moins (vs 31% des hommes). 
Près de 6 sur 10 d’entre elles (58%) conduisent un scooter (vs 40% du parc 2RM). Une sur cinq n’a d’ailleurs pas de permis voiture (1 sur 10 de l’ensemble des conducteurs de 2RM). … sont souvent jeunes et novices dans la conduite d’un deux-roues : Un tiers d’entre elles ont moins de deux ans d’expérience de conduite d’un deux-roues. Ces nouvelles arrivantes sont jeunes : 33 ans en moyenne (39 ans pour les conducteurs masculins), 19% ont moins de 25 ans (14% des hommes). 

Notons d’ailleurs que 11% des conductrices de deuxroues sont étudiantes (4% des hommes). Plus d’une sur deux (55%) a moins de 35 ans (37% des conducteurs masculins). 71% d’entre elles ne possèdent pas de permis moto (52% de l’ensemble des conducteurs de deux-roues). … ont une vision du deux-roues «utilitaire» : La montée en puissance des deux-roues motorisés est un phénomène majeur de la circulation dans les grandes agglomérations. 
Les femmes actives ont les mêmes contraintes de déplacement que les hommes. 

Elles voient les mêmes avantages qu’eux à l’acquisition d’un deux-roues face à l’engorgement du trafic et aux difficultés de circuler dans les grandes agglomérations. D’ailleurs, plus d’une conductrice sur 5 vit de la région parisienne (22%). Leur vision du deux-roues motorisé est surtout «utilitariste» (maîtriser son temps de trajet, se garer facilement, alternative aux transports en commun). 
Moins expérimentées et conductrices de plus petites cylindrées, ce mode de déplacement est aussi pour elles plus souvent source de stress que de réel plaisir. … sont plus respectueuses du Code de la Route : On note d’ailleurs un rapport au deux-roues et à sa conduite plus pragmatique (utilitariste) et prudent (conscience du danger plus aigue, moins d’infractions commises) que la population des conducteurs de 2RM. 

Elles sont aussi plus nombreuses à présenter un profil «légaliste» (« être bon conducteur, c’est avant tout respecter le code de la route » : 52% versus 41% de l’ensemble de l’échantillon) et sont globalement très ouvertes aux actions de sécurité routière. Elles minimisent moins les risques inhérents aux infractions et comportements à risque liés à la vitesse. D’ailleurs dans l’ensemble, les femmes ont moins d’accidents. Ainsi, 66% des conductrices n’ont jamais eu d’accidents matériels (versus 62% des conducteurs masculins) et 89% des femmes n’ont jamais eu d’accidents corporels et matériels (vs 77% des hommes). Cependant, il convient de relativiser ces chiffres car les femmes sont souvent novices dans la conduite d’un deux-roues et il est donc logique qu’elles aient déclaré avoir eu moins d’accidents que leurs homologues masculins. De plus, les femmes ont un kilométrage annuel plus faible que les hommes : 3.500km en moyenne par an contre 4.100km/an pour les conducteurs masculins. Dans le détail, elles sont 37% à rouler moins de 1.000 km/an (26% pour les conducteurs masculins) … sont moins bien équipées que les hommes. 

 En termes d’équipement, elles semblent moins bien équipées et / ou moins porter leur équipement que les hommes. 
Est-ce parce que l’offre des équipements motos est plus destinée aux hommes ? 
Les équipementiers commencent à s’intéresser à la clientèle féminine et ses attentes spécifiques. 

Source vidéo : SpainCaféRacer
Enregistrer un commentaire