samedi 14 février 2015

CLUB5A - REPORTAGE MOTO - LA COMMUNAUTÉ DES MOTARDS ET SES CODES !!




Sans que celle-ci soit strictement formalisée, plusieurs associations, fédérations, clubs, ou simples usagers se réclament d'une certaine philosophie motarde. Celle-ci comprend notamment, mais pas exclusivement : une solidarité envers les autres motards, qui se traduit par exemple par des conventions impliquant l'assistance envers les autres motards en difficulté ou en panne. 

C'est cette volonté de solidarité qui est à l'origine de l'AMDM, fondée par les membres de la FFMC ; une courtoisie se traduisant par diverses pratiques telles que : le salut des autres motards sur la route, par l'intermédiaire d'un signe de la main en formant un V avec l'index et le majeur, un signe de la tête ou plus rarement des appels de phares (bien que ceux-ci soient plus souvent utilisés pour prévenir d'un danger), la cession du passage à un motard plus rapide (lequel salue et remercie après le déplacement en étendant sa jambe droite, ou en faisant signe de la main gauche), la rencontre spontanée et les discussions, souvent sous la forme du tutoiement, lors d'arrêts de ravitaillement ou de détente ; un esprit de liberté, parfois associé à une certaine forme de rébellion face à l'ordre établi, et illustré dans le film L'Équipée sauvage, avec Marlon Brando, et la chanson 


L'Homme à la moto d'Édith Piaf, revendiqué par le biais de grosses cylindrées bruyantes et rapides et un certain rejet de l'automobile et des automobilistes ; un certain esprit de compétition, amenant certains motards à des comportements routiers allant de la comparaison sonore des machines aux courses (« arsouilles ») ou autres figures réalisées sur la voie publique ou sur piste fermée ; un style vestimentaire, constitué d'habits spécifiques à la pratique de la moto : blouson, veste, bottes, pantalon, gants, etc. généralement en cuir, mais aussi en textile synthétique, équipés ou non de protections spécifiques.

Parmi ceux qui se réclament de cette philosophie, plusieurs déplorent une disparition progressive de celle-ci, qui serait liée à une certaine popularisation de l'usage de motocyclettes et surtout des maxi-scooters au fil des années (par exemple : absence de salut entre les conducteurs de motos et de scooters, ou même entre les conducteurs de scooters eux-mêmes). En effet, la nouvelle clientèle des deux roues actuelle, surtout de scooters, est composée pour la plupart d'anciens automobilistes souhaitant réduire leur temps de trajet quotidien domicile-travail, notamment en s'affranchissant des bouchons des grandes villes et sans recourir aux transports en communs, plus lents.

 L'appartenance à une communauté n'est pas ressentie par tous de la même façon, et certains motocyclistes sont restrictifs ou exclusifs vis-à-vis des autres usagers. Ainsi, pour certains, d'autres cyclomotoristes ne peuvent pas être considérés comme des motards, selon des critères restrictifs tels que ceux énoncés plus haut : type ou marque de véhicule utilisé, tenue vestimentaire, ou encore selon le comportement routier adopté par ces usagers (application des comportements, gestes, et saluts). 

Les forums de discussions spécialisées regorgent de sujets traitants de l'existence d'une communauté, lesquels parviennent rarement à un consensus
 Source vidéo : Paul Leeson
Enregistrer un commentaire