jeudi 12 juin 2014

CLUB5A- SOUVENIRS - CARNET DE VOYAGES - MON TOURIST TROPHY DE PIERRE IMBACH .....C’ÉTAIT EN 1997 !!


Depuis la création du blog des 5A, je lance un appel régulier afin de nous faire partager vos meilleurs souvenirs … «Si vous possédez des photos de sorties ou de jolies balades, un témoignage sur une restauration de votre petit bijou et que vous voulez partager sur ce blog…merci de me faire parvenir le tout par mail (club5ablog@gmail.com) si possible accompagné d’un petit texte racontant en quelques mots l’événement, n’hésitez pas.. » Merci à Pierre IMBACH qui nous a fait parvenir cet article nous relatant son épopée du TOURIST-TROPHY de 1997....

***************************************************


MON TOURIST TROPHY


 Cétait il n'y a pas si longtemps, fin 1997, nous décidons mon ami de toujours Jean-Marie et moi-même d'aller passer un semaine sur l'île de Man pour assister au TT. Juin 98 : c'est le moment de partir pour un périple de 1350 km aller jusqu'au ferry à Liverpool, et autant pour revenir. 
Jean-Marie n'ayant plus de moto à cette époque nous serons à deux sur ma BMW 1100 R, plutôt bien chargée ! 
En attendant l'embarquement à Liverpool

Comme nous voulions faire le trajet en 2 jours, nous nous étions fixés Birmingham pour l'étape à plus de 1000 km, car il fallait être à l'embarquement à Liverpool avant 10 heures du matin. Inutile de préciser la galère car avec l'attente du shuttle à Calais, puis les autoroutes anglaises encombrées où l'on roule à gauche, le tout sous une pluie battante. 

On arrive à notre B&B vers 11 heures du soir. Et là je n'ai plus aucun souvenir, car j'ai dû m'endormir comme une masse. 
Le lendemain matin, beau temps, plus que 300 km à parcourir, et nous arrivons comme une fleur pour embarquer sur un ferry rapide qui nous emmène à Douglas, la capitale de l'île de Man dans l'après midi. 
Hurricane!!
Et là on se dit qu'on ne regrette pas le voyage, car si l'île de Man est un paradis fiscal notoirement connu, c'est aussi le paradis de la moto ! Des motos il y en a partout, des milliers de motos. 


Et tout le monde, même les grand-mères, qui commentent les résultats des courses, les évènements, l'ambiance extraordinaire, et tout ce qui tourne autour ! Bien-sûr, l'ambiance c'est aussi la fête, c'est à dire cascades, wheelings, burn-out, beaucoup beaucoup de bière, et les bobbies placides qui ferment les yeux si on n'exagère pas.... 
Nous rejoignons notre B&B modeste où nous logeons avec des motards anglais, et dès le lendemain nous allons voir les           courses. 
Le TT dure en fait 2 semaines : la 1ére pour les essais et les courses d'anciennes, et la 2ème pour la compétition. 
 C'est simple : on ferme la route -une espèce de départementale- qui fait le tour de l'île et qui devient la piste. Çà passe dans les villes et les villages, avec du monde partout, le tout à plus de 250 à l'heure ! 
NSU Sportmax 250 à Ramsey

Et en fin d'après-midi, après les courses, la piste redevient route. Tout le monde se prend alors pour Joey Dunlop, et les accidents ne se comptent plus. Notre première course, c'est à Ramsey qu'on la voit : les side-cars et les classiques. 
Le lendemain à Ballaugh Bridge, des riverains sympathiques nous invitent à suivre la course depuis leur jardin avec vue imprenable sur les décollages des Jeffreys, Mc Guiness, Moodies, Dunlop, Bonhuil, etc.. Puis à Creg-Ny-Baa, Fairy Bridge, …. entrecoupé par des visites dans l'île. Comme les anglais sont très conservateurs, ils ont gardé des trains électriques de plus de 100 ans, des tramways tirés par des chevaux (si, si ) des lignes de trains à vapeur qui nous emmènent à l'autre bout de l'île ou au somment du Sneefell où il y a le musée de la moto de Bungalow. 
Moodie sur Honda 600 à Ballaugh Bridge
Bref, le dépaysement total, et la semaine passe vite. Comme il faut 2 jour pour faire la route à l'envers, c'est départ le samedi matin, et arrivée à Cluny dimanche dans la nuit. Le retour se fait sans la pluie, et la 1100 R ne se fait pas prier pour avaler l'autoroute à plus de 180, même chargée et avec les bagages. Heureusement à l'époque il n'y avait pas tous ces radars et qu'on les repérait bien. 
Découverte dans la vitrine d'un brocanteur
Et ainsi se refermait une parenthèse de bonheur dont la formule est: motos + voyage + amitié + fête + découverte + dépaysement et qui devient inoubliable....

Photos-Texte : Pierre IMBACH